L’accès à la propriété et la santé au coeur du troisième débat électoral dans Beauce-Sud

L’accès à la propriété et la santé au coeur du troisième débat électoral dans Beauce-Sud

Les candidats Guillaume Grondin (Parti Québécois), Samuel Poulin (Coalition Avenir Québec), Diane Vincent (Québec solidaire), Milan Jovanovic (Parti conservateur du Québec), Paul Busque (Parti libéral du Québec) et Hans Mercier (Parti 51).

Crédit photo : L'Éclaireur Progrès - Amélie Carrier

Un débat électoral organisé par la Chambre de commerce de Saint-Georges a permis à six des huit candidats de la circonscription de Beauce-Sud en vue de l’élection du 1er octobre de faire valoir leur opinion sur six thèmes auprès de la population beauceronne. Le débat du jeudi 20 septembre a été animé par Suzanne Bougie, qui a aussi agi en tant que modératrice dans le cadre de cet événement.

À lire également: «Débat électoral: quatre candidats répondent aux questions des étudiants du Cégep»

Paul Busque, du Parti libéral du Québec (PLQ), Samuel Poulin, de la Coalition Avenir Québec, Guillaume Grondin, du Parti Québécois (PQ), Diane Vincent, de Québec solidaire (QS), Milan Jovanovic, du Parti conservateur du Québec (PCQ), et Hans Mercier, du Parti 51, ont notamment été invités à débattre sur la question de l’habitation ce midi, au Georgesville.

D’abord questionnés au sujet de l’accès à la propriété pour les jeunes familles de la circonscription et de la façon dont leur parti s’y prendrait pour faciliter l’achat d’une première maison pour ces ménages, Diane Vincent promet que QS injecterait de l’argent pour les aider.

«On veut lutter sur la spéculation immobilière et foncière afin de baisser les prix pour que les difficultés financières des personnes ciblées ne les empêchent pas de se procurer une demeure», explique-t-elle.

Guillaume Grondin renchérit qu’un gouvernement du PQ diminuerait la taxe de bienvenue de 2000 $, et Milan Jovanovic explique que le PCQ abolirait complètement cette taxe pour éviter, par exemple, qu’une personne doive débourser à plusieurs reprises pour couvrir ce frais dans le cas d’un mariage, d’un divorce ou d’un décès du conjoint ou de la conjointe propriétaire.

Samuel Poulin estime quant à lui que le problème réside ailleurs. «En date d’août 2018, le salaire moyen pour une personne dans la province était de 47 000 $ par année. Je pense qu’il y a un travail à faire pour s’assurer que l’on soit plus riche collectivement», lance-t-il.

De son côté, Paul Busque rappelle que le crédit d’impôt non remboursable de 5000 $ annoncé dans la politique économique du PLQ en mars 2018 aiderait les jeunes familles pour l’achat d’une première maison, en couvrant pour eux les frais de notaire, d’inspection ou de déménagement.

«En devenant le 51e État des États-Unis, les taxes foncières, les taxes de bienvenue et les intérêts sur l’hypothèque seraient déductibles d’impôts», ajoute le candidat Hans Mercier afin de convaincre les électeurs de voter pour lui.

Le système de santé

Les six aspirants députés de Beauce-Sud ont aussi eu l’occasion de se prononcer sur l’accès aux soins et aux services de santé pour les citoyens, en se basant sur le concept de la Coopérative de santé Robert-Cliche, implantée dans Beauce-Nord.

M. Mercier soutient que c’est une excellente initiative, et M. Jovanovic penche en faveur du privé en santé également. C’est l’accès public, universel et gratuit pour tout le monde qui devrait être priorisé selon Mme Vincent.

Pour M. Grondin, «la réforme Barrette est un échec». Son parti ferait de nouveau fonctionner le système de santé de façon adéquate advenant son élection.

M. Poulin est conscient que les infirmières et les préposées sont débordées à l’Hôpital de Saint-Georges et déplore entre autres le fait que le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, ait donné 1 M$ aux médecins spécialistes au cours de son mandat, tandis que M. Busque croit à l’ouverture de super-cliniques et à l’ajout de super-infirmières pour assurer l’accessibilité des services en santé.

Notons que les thèmes de l’environnement et de l’agriculture ont aussi été à l’honneur lors de ce débat, mais également lors des événements mis en place par l’Union des producteurs agricoles et le Cégep Beauce-Appalaches les 6 et 18 septembre. L’immigration et l’économie ont finalement complété le lot des six thèmes.

Poster un Commentaire

avatar