Les gyms se préparent en vue de leur réouverture

Photo de Sébastien Roy
Par Sébastien Roy
Les gyms se préparent en vue de leur réouverture
La présidente du Cardio Gym, Vicky Talbot, a fait installer des panneaux de plexiglas entre les appareils d'entraînement cardiovasculaire. (Photo : L'Éclaireur Progrès - Sébastien Roy)

Les propriétaires de gymnases se préparent du mieux qu’ils peuvent en vue d’une éventuelle réouverture des salles d’entraînement.

Les clients ont hâte de pouvoir s’entraîner à nouveau en salle Vicky Talbot, du Cardio Gym, Éric Gosselin, du Studio Santé Gym, et Alexandre Hamann, du Centre Hamann, ont tous confiés recevoir des demandes en ce sens. «Ce sera bon autant pour la santé physique que la santé mentale des gens», estime M. Gosselin.

Aux trois endroits, on retrouvera un plus grand de nombre de bouteilles de désinfectant, que ce soit pour les mains ou pour les appareils. Les employés porteront une attention particulière à ce que tout soit désinfecté régulièrement. Les clients seront aussi encouragés à nettoyer les appareils qu’ils utilisent. M. Gosselin regarde aussi pour installer une station avec un évier et munie d’une pédale pour activer l’eau afin que sa clientèle puisse se laver les mains à l’entrée.

Obligation de se laver les mains au Studio Santé Gym.

Mme Talbot et M. Gosselin indiquent avoir déjà réaménagé la disposition des appareils afin que leurs clients puissent respecter les deux mètres de distanciation recommandés par la Santé publique.

De son côté, Alexandre Hamann, du Centre Hamann, affirme avoir envisagé plusieurs scénarios possibles pour respecter les deux mètres de distance, mais n’a pas encore procédé au réaménagement. «Il y a beaucoup d’appareils à déplacer. Nous attendons d’avoir les recommandations du gouvernement avant de réaménager la salle d’entraînement», explique-t-il.

Sur ce point, M. Gosselin déplore de n’avoir reçu aucune recommandation jusqu’à présent. «Nous nous basons sur ce que nous voyons ailleurs. Nous faisons ce que nous pensons qui est le mieux en attendant», poursuit-il.

Pour l’instant, celui-ci prévoit fonctionner avec un système de réservation pour mieux contrôler le nombre de personne à l’intérieur, que ce soit au gym de Saint-Georges ou celui de Saint-Prosper.

De plus, Mme Talbot a fait installer des panneaux de plexiglas entre les appareils d’entraînement cardiovasculaire. «Nous nous sommes dit que les clients ne seraient peut-être pas à l’aise de sentir qu’une personne respire fort à proximité pendant qu’ils sont sur un tapis roulant ou un vélo stationnaire», mentionne-t-elle.

Des thermomètres sans contact sont disponibles si un employé a un doute lors de consultations privées avec un client. Le Cardio Gym a aussi commandé des masques pour l’ensemble de ses employés. D’autres pourront être achetés sur place.

Les vestiaires demeurent l’un des grands questionnements pour les gyms. Mme Talbot et MM. Gosselin et Hamann ne savent pas quels ajustements ils devront faire. Ils envisagent que l’accès soit limité à un certain nombre de personnes et même que les clients doivent se changer et se laver à la maison.

Abonnements prolongés

Les trois gyms consultés ont tous affirmé que les abonnements de leurs clients seront prolongés d’une période de temps équivalente à la fermeture. Par exemple, si les gyms rouvrent leurs portes deux mois après avoir dû fermer, les abonnements seront prolongés de deux mois.

Certaines situations particulières peuvent toutefois survenir. Il peut y avoir un client qui a pris un abonnement de six mois en janvier et qui déménage à Québec en juillet ou encore des personnes plus à risque de contracter la COVID-19.

«Nous les invitons à entrer en contact avec nous pour régler la situation au cas par cas», précise M. Hamann, qui précise que les paiements qui devaient être perçus en mai ont été cessés. «Ce sera la même chose pour les mois à venir jusqu’à ce que l’on puisse ouvrir», conclut-il.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des