Les milieux humides sous observation

Photo de Hubert Lapointe
Par Hubert Lapointe
Les milieux humides sous observation
La démarche amorcée par le forum veillera à identifier les enjeux à long terme. (Photo : Beauce Média – Hubert Lapointe)

SAINTE-MARIE. Près de 300 personnes, provenant de diverses organisations de la région, ont participé au forum sur le Plan régional des milieux humides et hydriques (PRMHH) de la Chaudière-Appalaches. L’événement se voulant une première étape de concertation a eu lieu le mercredi 26 février dernier au Centre Caztel de Sainte-Marie.

« L’objectif est de regarder tous les milieux humides et de retrouver tous ceux qui sont d’intérêt selon les réalités territoriales », a expliqué Josée Breton, coordonnatrice du PRMHH, en rappelant que les milieux humides et hydriques représentent 23 000 kilomètres de cours d’eau en Chaudière-Appalaches. « C’est l’équivalente de Sainte-Marie – Taïwan, aller-retour! », a-t-elle imagé.

De plus, Mme Breton a fait savoir que les milieux humides et hydriques remplissent de nombreuses fonctions écologiques, telles que la rétention de sédiments, la régulation du niveau de l’eau, la conservation de la diversité biologique, la séquestration du carbone et l’atténuation des impacts des changements climatiques.

Sur deux ans, la démarche amorcée par le forum signifiera la tenue de nombreux ateliers sectoriels, de même que plusieurs analyses des opportunités et préoccupations afin d’identifier les enjeux à long terme.

« Nous voulons être à l’écoute du territoire pour nous donner des axes d’interventions: les agriculteurs, les forestiers, les organismes de bassins versants, etc. Nous voulons nous donner un portrait des zones hydriques et des milieux humides pour savoir comment les conserver », a appuyé Normand Côté, préfet de la MRC de Lotbinière (qui chapeaute le PRMHH).

Gaétan Vachon, maire de Sainte-Marie, a présenté la conférence « Dans un contexte d’inondation, la résilience se traduit maintenant autrement ».

Au programme

Au cours de l’événement, un panel composé de cinq experts et quatre conférences ont tenu occupé les invités.

D’abord, Gaétan Vachon, maire de Sainte-Marie, a offert la présentation « Dans un contexte d’inondation, la résilience se traduit maintenant autrement ». Ont suivi « Importance des milieux humides et hydriques dans un contexte de changements climatiques » par la spécialiste de la gestion des inondations Ursule Boyer-Villemaire, « La valeur économique des systèmes naturels et agricoles du territoire de la Communauté métropolitaine de Québec » par la conseillère en aménagement du territoire Marianne Thibault, et « Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin: avantages d’une démarche régionale pour les PRMHH » par Andréanne Blais, directrice générale du Conseil régional de l’environnement du Centre-du-Québec.

Quant au panel, il était constitué de Martin Ladouceur, directeur général de l’Association des propriétaires de boisés de la Beauce, Roch Poulin, directeur régional à la Fédération de l’UPA de Chaudière-Appalaches, Daniel Racine, directeur général adjoint à la MRC de Montmagny, Martin Vaillancourt, directeur général du Conseil régional de l’environnement de Chaudière-Appalaches, et Jinny Gosselin, conseillère en gestion de projets à la direction de l’urbanisme de la Ville de Lévis.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des