Les ornithologues risquent la pénurie

Les ornithologues risquent la pénurie
Ce geai bleu devra peut-être se passer de tournesol dans les prochaines semaines. (Photo : gracieuseté - André Boutin)

OISEAUX. > Décidément, l’actuelle pandémie crée des pénuries là où on s’y attend le moins. Après la ruée vers le papier de toilette au printemps, voilà que les consommateurs se ruent maintenant sur… les graines de tournesol!

Tous les ornithologues amateurs vous le diront, il devient de plus en plus difficile de trouver ce qu’il faut pour remplir les mangeoires. «En fait, c’est la combinaison de deux phénomènes, explique Philippe Rodrigue, président du Groupe des ornithologistes de la Beauce-Etchemin (GOBE). Comme pour bien d’autres cultures cette année, la production a été plus faible. Ensuite, confinés à la maison, de nombreux nouveaux ornithologistes amateurs ont décidé de s’acheter des mangeoires!»

M.Rodrigue, qui travaille chez Canac à Saint-Georges, a bien vu que les livraisons de graines pour oiseaux se font au goutte à goutte. «Parfois il en arrive une palette ou deux, puis nous sommes plusieurs semaines sans en recevoir. On espère que ça va se replacer».

La pénurie a commencé par le tournesol, la graine la plus populaire. «Comme il en manquait, les consommateurs se sont alors tournés vers d’autres produits, ce qui a créé de nouvelles raretés sur les tablettes», ajoute M. Rodrigue.

La revue Québec Oiseaux, dans sa dernière édition, indique d’ailleurs que le Wild Bird Center of America, spécialisé dans les produits d’alimentation pour oiseaux, a connu une croissance de 45% de son chiffre d’affaires pour les mois de mai, juin et juillet 2020. Durant cette période, ses ventes en ligne ont quadruplé.

Bien que cela puisse lui causer certains problèmes d’approvisionnement, M. Rodrigue est heureux de voir cet engouement pour un loisir qui le suit depuis maintenant de nombreuses années.

«Le GOBE compte de 80 à 90 passionnés qui partagent leurs connaissances, leurs expériences et leurs photos. Nous organisons, au moins deux fois par année, des rencontres afin de faire des séances d’observation», précise-t-il.

Il est possible de visiter le site Internet du groupe au gobe-qc.com ou de se rendre sur leur page Facebook.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires