Marilyn Arsenault aide les jeunes par le travail de rue

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
Marilyn Arsenault aide les jeunes par le travail de rue
Marilyn Arsenault (à droite) rencontre les jeunes à différents endroits en Beauce-Sartigan.

Marilyn Arsenault est travailleuse de rue dans le secteur Beauce-Sartigan. Depuis septembre 2006, elle a rencontré et aidé des centaines de jeunes considérés souvent comme plus «marginaux».

Originaire de Saint-Georges, Marilyn possède un baccalauréat multidisciplinaire de l’Université de Montréal en criminologie, toxicomanie et santé mentale. Son poste de travailleuse de rue a été son premier et seul emploi permanent après l’obtention de son diplôme.

«Je fais notamment de la prévention et de la sensibilisation avant que ça arrive peut-être à la délinquance. Je vois des jeunes qui vont bien autant que d’autres qui ont été poqués par la vie», soutient-elle.

Marilyn est une employée de la Maison des jeunes Beauce-Sartigan, mais son poste se trouve dans un volet distinct de celui des activités d’animation tenues par l’établissement.

Ses interventions s’étendent d’ailleurs sur un large territoire. Elle est présente sur l’heure du midi aux polyvalentes de Saint-Georges et Saint-Martin ainsi qu’à l’école des Deux-Rives, mais se «promène» aussi dans des endroits fréquentés par les jeunes comme les parcs, les partys et… la rue !

«Je peux toucher par exemple au dépannage d’aide alimentaire ou à l’accompagnement vers des organismes, comme un signalement à la DPJ. Pour les urgences, je suis disponible 24 heures par jour», précise Marilyn Arsenault.

Écoute et volontariat

Au-delà de fournir des outils concrets, l’écoute est primordiale dans les tâches du travailleur de rue. Il ne faut jamais forcer un jeune dans une démarche de changement non souhaité dans l’instant présent.

«On voit parfois des jeunes pris dans de la violence familiale, victimes du décrochage scolaire ou de la drogue ou qui ont été laissés à eux-mêmes. Il faut que la démarche du jeune pour s’en sortir soit volontaire. Certains veulent juste jaser», stipule Marilyn Arsenault.

Disant être «vraie», elle ne veut pas jouer à la mère et souhaite simplement être présente au moment opportun. Cette tactique lui a été très utile jusqu’ici, Marilyn étant aimée à la fois des jeunes et des partenaires communautaires.

«Pour des jeunes, je suis la personne la plus stable qu’ils ont connue dans leur vie. J’essaie juste d’être là. Il faut toutefois savoir ne pas tout prendre sur ses épaules quand on sort du travail», mentionne Marilyn Arsenault.

Les jeunes de 12 à 35 ans souhaitant la joindre peuvent écrire à travail.de.rue@hotmail.com, visiter le www.facebook.com/trmarilyn.beaucesartigan ou appelez au 418 227-6272

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des