Masques et désinfectant pour célébrer la parole du Seigneur

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
Masques et désinfectant pour célébrer la parole du Seigneur
Durant l’eucharistie, le masque est obligatoire pour le croyant et le ministre de la communion. (Photo : L’Éclaireur Progrès – Frédéric Desjardins)

L’accès aux lieux de culte est permis depuis le 22 juin. Pour contrer le COVID-19, chaque paroisse doit monter un protocole d’ouverture respectant les consignes de la Santé publique et de l’Assemblée des évêques du Québec.

La paroisse Saint-Georges-de-Sartigan a tenu sa première messe ordinaire devant 40 chrétiens, le mardi 30 juin à l’Église l’Assomption.

Afin d’assister à la célébration, ils ont réservé leur place par téléphone. Comme tout lieu public, l’église peut accueillir un maximum de 50 personnes au même endroit. Ce nombre comprend le curé et ses diacres.

«On a tenu une pratique la veille pour s’assurer que tout se passe bien. Le COVID-19 change la dynamique de présenter une messe. Au moins, on retrouve le contact humain. Il y avait les messes à la télévision pendant le confinement, mais prêcher dans une église vide, c’était difficile», mentionne le curé Alain Pouliot, qui a présidé cette messe.

Déroulement

Les paroissiens rentraient par la porte 2, sur le côté gauche de l’église. Après leur identification, ils pouvaient s’asseoir sur un banc désigné par un crochet vert.

Le déroulement de la messe était comme à l’habitude, excepté que les paroissiens n’avaient pas le droit de chanter. «C’est pour éviter le transport des gouttelettes», explique Alain Pouliot.

Le curé Alain Pouliot a présidé la messe ordinaire du 30 juin, à l’Église l’Assomption.

Porter le masque est optionnel, sauf lors de l’eucharistie. Le ministre de la communion laisse tomber l’hostie dans les mains du chrétien. La personne se déplace ensuite sur le côté, enlève son masque pour avaler l’hostie, le remet et retourne à son banc en suivant les flèches.

La distanciation de deux mètres est applicable en tout temps, y compris sur l’autel. Les bancs sont désinfectés après chaque messe par les diacres.

«On n’avait pas besoin de la pandémie pour savoir que l’Église traverse une tempête. On peut avoir l’impression que le Seigneur dort, mais il est en relation avec son peuple. Avec Jésus, il n’est pas là pour nous punir, mais nous sauver. Il nous invite à nous tenir debout face à la peur», a dit Alain Pouliot pendant son homélie.

Messes et funérailles seulement

Sur le territoire du journal, l’Église l’Assomption, ainsi que les églises de Beauceville, Saint-Benoît-Labre et Saint-Honoré-de-Shenley, tiennent des messes ordinaires sur réservation. Les funérailles ont recommencé dans certaines églises. Quant aux baptêmes et mariages, ils restent suspendus jusqu’à avis contraire.

Pour plus de renseignements ou réserver votre place à une messe ordinaire, composez le 418 228-2558 (Saint-Georges-de-Sartigan, Saint-Jean-Paul II), 418 459-3485 (Notre-Dame-des-Amériques) ou 418 774-3747 (Sainte-Famille-de-Beauce).

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des