Maxime Bernier attribue son expulsion du cabinet fantôme à sa position sur la gestion de l’offre

Maxime Bernier attribue son expulsion du cabinet fantôme à sa position sur la gestion de l’offre

Le député de Beauce Maxime Bernier.

Crédit photo : L'Éclaireur Progrès - Archives

Expulsé du cabinet fantôme du Parti conservateur du Canada le 12 juin par son chef Andrew Scheer, le député de Beauce Maxime Bernier s’est vu retirer la fonction officielle de ministre responsable de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique au sein de cette formation politique. En entrevue le 15 juin, il a dit attribuer son exclusion en grande partie à la position qu’il défend en ce qui concerne la gestion de l’offre.

À lire également: «Maxime Bernier est exclu du Cabinet fantôme des conservateurs»

D’entrée de jeu, le député de Beauce s’est dit persuadé que son départ du cabinet fantôme des conservateurs se résumait en une seule et même raison. «C’est ma position sur l’abolition du cartel de la gestion de l’offre, une position que j’ai adoptée depuis le début de ma course au leadership il y a presque deux ans, qui a causé mon expulsion», explique Maxime Bernier.

Pour lui, appuyer le principe de la gestion de l’offre «pour lequel tout le monde est favorable dans la Chambre des communes à Ottawa, c’est d’appuyer un système archaïque».

«Montrer que je ne suis pas unanime a une position comme celle-là est un geste qui n’a pas été apprécié. De mon côté, j’ai toujours été cohérent avec mes idées. Je continue de démontrer que c’est un système régressif qui affecte plus durement les familles pauvres, notamment», a poursuivi l’ex-membre du cabinet fantôme.

Questionné à savoir si la publication d’un chapitre de son livre intitulé Faire de la politique autrement: Ma vision du Canada le 10 avril sur le site de son éditeur et à nouveau le 5 juin sur son propre site Web n’aurait pas fait pencher la balance du côté d’Andrew Scheer, le principal intéressé a renchéri que ça n’avait rien à voir avec son expulsion.

La réaction d’Andrew Scheer et des partisans

Lorsqu’il a reçu l’appel d’Andrew Scheer lui annonçant la nouvelle la semaine dernière, Maxime Bernier lui a dit qu’il respectait sa décision et ne lui a pas demandé pourquoi ce dernier en était venu à le dépouiller de ses fonctions. «M. Scheer m’a dit que j’allais continuer à jouer un rôle important dans le caucus conservateur malgré ce qui venait de se passer», a mentionné le député Bernier.

Maxime Bernier a d’ailleurs voulu rassurer ses partisans à ce sujet sur ses différents médias sociaux le 14 juin. «Merci à tous ceux qui m’ont exprimé leur appui ces derniers jours. Soyez assurés que je suis plus que jamais motivé à défendre nos principes conservateurs de liberté et de gouvernement limité et que je continuerai de le faire, quelle que soit la position que j’occupe», a rédigé le député de Beauce.

Son avenir au sein du caucus conservateur

N’assumant plus le rôle qui lui a été préalablement confié, mais étant toujours député, Maxime Bernier souhaite continuer de travailler avec le caucus pour s’assurer de recruter le plus de membres conservateurs à la prochaine élection.

«Mon but reste le même, soit de m’assurer, avec mon équipe, qu’on ait les bons candidats afin de battre Justin Trudeau en 2019. Que je fasse partie du cabinet fantôme ou non, je souhaite encore que les Canadiens puissent être représentés par un gouvernement orienté vers la croissance économique et qui respecte les payeurs de taxes», a conclu Maxime Bernier.

Poster un Commentaire

avatar