Métal Duquet reçoit une aide gouvernementale de 850 500 $

Photo de Andréanne Huot
Par Andréanne Huot
Métal Duquet reçoit une aide gouvernementale de 850 500 $
Les dirigeants de Métal Duquet sont en compagnie du député de Beauce-Sud, Samuel Poulin et de Sarah Audet d'Investissement Québec. (Photo : L'Éclaireur Progrès - Andréanne Huot)

Afin de permettre à  Métal Duquet d’amorcer son virage 4.0, le Gouvernement du Québec accorde une aide financière de 850 500 $ à l’entreprise de Saint-Côme-Linière.

Cette aide financière a pour objectif de contrer la rareté de main-d’œuvre dans la région tout en assurant la productivité de l’entreprise, indique le député de Beauce-Sud, Samuel Poulin, qui a fait cette annonce au nom du ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon.

De cette aide financière de 850 500 $, la moitié provient du programme Essor du ministère de l’Économie et de l’Innovation tandis que l’autre 425 250 $ vient d’Investissement Québec.

Avec cette aide financière, Métal Duque réalise un projet de 1 466 352 $ pour l’automatisation de sa ligne de production, l’achat d’équipement informatique et la modification de son bâtiment. L’entreprise a fait l’acquisition d’une plieuse automatisée qui permet une connectivité avec les plans et les dessins tout en réduisant le temps de mise en place des réglages. De plus, elle a acheté une sableuse automatique pour le polissage des morceaux d’acier inoxydable nécessaires dans la fabrication d’équipements sur mesure pour les services alimentaires.

L’ensemble de ce projet a également permis à l’entreprise de créer quatre nouveaux emplois, a fait savoir la présidente de l’entreprise, Peggy Duquet.

L’entreprise est un employeur important pour la municipalité, elle qui engage 55 personnes.

Contrer la pénurie de main-d’œuvre

«Le virage 4.0 c’est important. L’automatisation c’est important. Nos besoins de main-d’œuvre c’est important et tout ça permet d’assurer une productivité à nos entreprises et d’assurer une vision à moyen et long terme qui va permettre à l’entreprise de continuer à avancer et à progresser. Mon pire regret ce serait que dans la Beauce, on arrête d’investir. Aujourd’hui, on voit que ce n’est pas le cas. Les propriétaires ont encore le goût du risque et ont toujours le goût d’avancer et de pouvoir progresser», souligne Samuel Poulin.

Il ajoute qu’avec la refonte d’Investissment Québec, l’objectif est de créer de nouveaux programmes qui vont répondre encore plus aux besoins de rareté de main-d’œuvre et qui vont inciter les entreprises à investir davantage. «Notre rôle c’est d’être un facilitateur dans tout ça», ajoute le député de Beauce-Sud.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des