Normand Lessard confiant quant au retour en classe des élèves

Photo de Sébastien Roy
Par Sébastien Roy
Normand Lessard confiant quant au retour en classe des élèves
Le directeur général de la CSBE, Normand Lessard. (Photo : L'Éclaireur Progrès = Archives)

La rentrée des élèves du primaire après la pause du temps des Fêtes s’est bien déroulée selon le directeur général du Centre de services scolaires de la Beauce-Etchemin, Normand Lessard.

« Il faudra une période d’adaptation pour adapter la routine des élèves, mais des personnes à qui j’ai parlé m’ont dit qu’elles avaient été impressionnées par la gestion du port du masque des élèves », a indiqué M. Lessard le 12 janvier.

Rappelons que le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a annoncé que le port du masque était obligatoire dans les corridors et les aires communes. Il l’est aussi en classe pour les élèves de cinquième et de sixième années. Cependant, il ne l’est pas à l’extérieur, notamment lors des récréations.

Pour la rentrée des élèves du secondaire, le directeur général est confiant que tout se passera sans anicroche. « Le masque sera obligatoire, mais des mesures similaires avaient été mises en place avant les Fêtes », a-t-il ajouté. Les élèves de troisième, quatrième et cinquième secondaires reprendront donc les cours à distance un jour sur deux.

M. Lessard se croise les doigts pour éviter les cas de COVID-19 dans les établissements scolaires de la région. « Oui, on peut faire les cours à distance, mais le meilleur endroit pour que les élèves apprennent est en classe », a-t-il mentionné.

Qualité de l’air

Au sujet de la qualité de l’air, M. Lessard a indiqué que huit établissements avaient déjà été testés lors de l’échantillonnage réalisé par le ministère de l’Éducation dans 330 écoles. « Les tests ont révélé que ces huit établissements étaient sous les 1000 parties par million (ppm) de CO2 », a-t-il précisé.

Rappelons que la quantité de dioxyde de carbone sert d’indicateur pour déterminer la qualité de l’air. La cible du Ministère est d’avoir un taux inférieur à 1000 ppm, alors que l’on tolère jusqu’à 5000 ppm en milieu de travail.

Comme annoncé par M. Roberge, l’ensemble des écoles devront être testées prochainement. « Nous pourrons travailler sur les tests pour l’ensemble de nos établissements dès que nous aurons les directives finales, ce qui devrait aller vite », a soutenu M. Lessard.

Au sujet des purificateurs d’air, le directeur général se fie à la Direction de la santé publique, qui ne recommande pas leur utilisation. « Des experts se sont penchés sur la question. Nous allons respecter les directives », a-t-il soutenu.

Ce dernier a cependant affirmé ne pas avoir reçu de directives pour retirer les purificateurs qui seraient déjà installés. « Le ministère de l’Éducation mettra en référence des groupes ou des firmes que nous pourrons contacter pour nous assurer que les purificateurs ont été installés et positionné de façon à offrir une efficacité optimale », dit-il.

Les évaluations

Finalement, M. Lessard voit d’un bon œil les modifications apportées à la pondération des étapes scolaires et l’annulation des évaluations ministérielles de fin d’année.

« Les évaluations servent à brosser un portrait à un moment fixe. Si un élève ne réussit pas à ce moment, cela ne veut pas dire qu’il ne réussira jamais. L’objectif en modifiant la pondération est d’encourager les élèves à persévérer dans leur cheminement scolaire », a-t-il mentionné.

De plus, le Ministère fera parvenir des directives sur les « savoirs essentiels », comme l’a dit le ministre Roberge, pour s’assurer que les jeunes réussissent leur année scolaire et qu’ils soient confiants pour la prochaine. « Je fais confiance à nos professeurs pour y arriver. Ils sont habitués de naviguer avec les directives ministérielles », conclut M. Lessard.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires