Notre-Dame-des-Pins inaugure l’œuvre Circuit Coloré 

Photo de Mathieu Fournier
Par Mathieu Fournier
 Notre-Dame-des-Pins inaugure l’œuvre Circuit Coloré 
Ophélie Bergeron est accompagnée d'Étienne Caron, d'Hayden Lagrange, du Collectif Maheux-Mercier et des trois représentants municipaux. (Photo : (Photo L'Éclaireur Progrès - Mathieu Fournier))

CULTURE. La municipalité de Notre-Dame-des-Pins a inauguré l’œuvre Circuit Coloré réalisée par le Collectif Maheux-Mercier, comprenant les artistes georgiens Nadia Mercier et Jean-François Maheux.

L’œuvre d’art est située devant le centre communautaire de Notre-Dame-des-Pins. La structure fait 4,27 m de haut et elle est faite majoritairement d’aluminium pour faire écho aux architectures des bâtiments environnants.

« Notre objectif était de léguer une œuvre significative à la population de Notre-Dame-des-Pins en plus de créer un lien d’appartenance en faisant participer les citoyens et en l’intégrant dans son environnement », affirme Nadia Mercier.

De son côté, les trois sphères de couleur bleu, rouge et jaune représentent le côté ludique de la municipalité. « Les lettres gravées avec un punch sur les sphères représentent la bibliothèque municipale située à quelques mètres de l’œuvre d’art », expliquent les artistes.

Au total, la conception de cette sculpture a coûté 9 000 $ et a été réalisée dans le cadre du projet Les Arts de la rue présenté par Cogeco. Un montant de 5 000 $ provient de l’Entente de développement culturel avec la MRC Beauce-Sartigan, alors que le 4 000 $ restant a été payé par la municipalité.

Lors de l’inauguration Alain Veilleux, maire de Notre-Dame-des-Pins, Luc Bergeron, directeur général adjoint à la MRC Beauce-Sartigan, et Jérémy Bernard, responsable des loisirs à la municipalité étaient présents.

Participation étudiante

L’objectif avec ce programme d’art est de faire participer la communauté à l’embellissement d’une municipalité. Pour l’œuvre Circuit Coloré, les deux artistes ont décidé de travailler avec la classe de sixième année de la professeure Guylaine Bélanger de l’école L’Éco-Pin.

« Les mots ont été choisis et illustrés par les étudiants. On était très content et touché de travailler avec des jeunes », mentionnent les deux artistes.

Selon Étienne Caron et Hayden Lagrange, deux élèves prédéterminés pour représenter la classe, l’activité a été plaisante, mais ils ont dû faire attention pour ne pas se blesser, alors que quelques élèves se sont fait de légères blessures aux doigts, a expliqué Jean-François Maheux sur un ton humoristique.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires