Orthèse prothèse de Beauce – Déjà 30 années d’expertise

Par superadmin
Orthèse prothèse de Beauce – Déjà 30 années d’expertise

Le laboratoire ­Orthèse prothèse de ­Beauce célèbre, cette année, ses 30 années d’existence. Inaugurée en décembre 1989 à ­Saint-Georges, cette entreprise de service n’a cessé de grandir au fil du temps.

Orthèse prothèse de ­Beauce a été fondée par ­Claude ­Gagnon, orthésiste-prothésiste C.P. ( c ) et son épouse ­Céline ­Légaré, responsable de l’administration. Au départ, M. Gagnon travaillait au ­Centre ­François-Charron de ­Québec. À l’époque, les services liés à la fabrication d’orthèses et de prothèses étaient inexistants en ­Beauce. Les gens, confie ­Mme ­Légaré, devaient se rendre à ­Sherbrooke ou dans la capitale pour en bénéficier.

Ayant des patients en ­Beauce et deux frères déjà résidents de ­Saint-Georges, les fondateurs d’Orthèse prothèse de ­Beauce ont alors décidé de faire le saut. Ils ont établi leur entreprise à ­Place 90, juste derrière le commerce Ameublement ­Tanguay. Au fil du temps, l’espace qu’ils occupent toujours a, en quelque sorte, triplé de superficie pour atteindre 3 600 pieds carrés. Deux phases d’agrandissement ont été réalisées.

On grandit avec le temps
Comme la plupart des ­PME en phase de démarrage, M. Gagnon et ­Mme ­Légaré étaient les seuls à la barre de leur entreprise au tout début. Un an et demi plus tard, ils engageaient une première personne pour la fabrication des orthèses et des prothèses dont les patients avaient besoin.

À l’aube des années 1990, confient les deux fondateurs, il ne s’avérait pas aisé de trouver le personnel nécessaire. En effet, une seule école localisée à ­Montréal formait des techniciens en orthèse prothèse. En 2003, toutefois, le ­Collège ­Mérici de ­Québec incluait le même enseignement dans son offre de cours, ce qui a commencé à faciliter le recrutement.

Aujourd’hui, l’équipe compte neuf personnes. Six sont rattachées à la conception, fabrication et ajustement d’orthèses et de prothèses. Deux autres occupent les fonctions de secrétaire et de conseillère aux ventes. Pour sa part, la nouvelle propriétaire, ­Andrée-Anne ­Gagnon, orthésiste-prothésiste, assure la relève de ses parents. Ces derniers, toujours présents, se consacrent maintenant, à temps partiel, à la poursuite du transfert de l’entreprise.

Des services jusqu’en ­Gaspésie
En plus d’être présent en ­Beauce lors de ses premières années d’existence, ­Orthèse prothèse de ­Beauce a répondu à une demande qui lui avait été adressée au début des années 1990. En effet, l’entreprise qui offrait son expertise dans sa région d’adoption ainsi que dans les secteurs de ­Lac-Mégantic et de l’Amiante, a commencé à dispenser des services en ­Gaspésie en desservant les hôpitaux de ­Chandler et de ­Maria.

Lors des cliniques qui étaient proposées à raison d’une fois par mois, les mesures pour la fabrication des orthèses et des prothèses dont les patients avaient besoin étaient prises sur place. Elles étaient ensuite fabriquées dans le laboratoire de ­Saint-Georges pour être finalement livrées à leurs destinataires. Le service a été offert jusqu’en février dernier.

543, 90e Rue Est, St-Georges • 418 227-5333


La relève est maintenant bien assurée

Propriétaire de l’entreprise fondée par ses parents depuis un peu plus d’un an, Andrée-Anne Gagnon est celle qui, sans aucun doute, possède toutes les compétences nécessaires pour assurer la pérennité d’Orthèse prothèse de Beauce.

Orthésiste certifiée, Andrée-Anne a obtenu une certification canadienne et elle s’est par ailleurs consacrée à un perfectionnement en orthèse pendant trois ans à Ottawa. Il faut dire que les rouages de sa profession, la jeune femme les connaît bien. Elle a épaulé ses parents pendant une dizaine d’années avant de devenir gestionnaire de l’entreprise.

En plus de ses études, Andrée-Anne a participé à des stages de formation dont à Victoria en Colombie-Britannique, à Toronto et dans la métropole québécoise à l’Institut de réadaptation de Montréal. De plus, elle a fait œuvre d’aide humanitaire en participant, en 2008, à un projet de bénévolat en Haïti.

À l’affût des nouveautés
Comme dans tout domaine spécialisé, le perfectionnement occupe une place prépondérante en matière d’orthèses et de prothèses. À ce titre, Andrée-Anne et ses parents ont toujours privilégié leur participation a des congrès, qu’ils soient québécois, canadiens ou internationaux. Dans cette veine, ils ont foulé le sol de pays comme la France, l’Allemagne et la Hollande pour connaître les plus récentes données scientifiques reliées à la profession.

Cette année notamment, le congrès international se déroulera en octobre au Japon. Il réunira la communauté mondiale des professionnels impliqués dans les soins aux personnes nécessitant des prothèses, des orthèses, appareils de mobilité et d’assistance. L’objectif : se familiariser avec les dernières avancées cliniques, les produits, les technologies, le design et les matériaux innovants.

C’est Jonathan Lessard qui cette année se rendra au Japon pour représenter l’entreprise.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des