Les producteurs locaux mis de l’avant aux Jardins Nadeau

Les producteurs locaux mis de l’avant aux Jardins Nadeau

François Nadeau, propriétaire des Jardins Nadeau.

Crédit photo : L'Éclaireur-Progrès - Sébastien Roy

Un nouveau service de production maraîchère a officiellement été lancé le 9 août à Saint-Évariste. Il s’agit des Jardins Nadeau, situés au 115, route 108.

Le propriétaire, François Nadeau, souhaite ainsi mettre de l’avant les producteurs locaux de la Beauce. Six d’entre eux se sont déjà joints à lui pour vendre leurs produits à même le magasin de l’entreprise. «Ce n’est qu’un début. Le magasin s’est organisé au cours des trois dernières semaines. Les producteurs qui voudraient se joindre à nous peuvent me contacter via Facebook ou par courriel (lesjardinsnadeau@gmail.com)», indique-t-il.

Jusqu’à présent, des produits d’érable de la ferme du Ruisseau d’or de Saint-Ludger, de l’agneau provenant de la bergerie Ovir’o de Saint-Martin, des champignons agroforestiers de la Terre du 9 de Saint-Honoré et les réalisations de Passion au pinceau, entre autres.

«Je veux développer l’offre culturelle, économique et touristique de la Beauce. C’est à force de mettre de l’avant des acteurs et de producteurs locaux sur des routes aussi passantes que la 108 que nous ferons découvrir les produits beaucerons», mentionne M. Nadeau, qui a travaillé pendant 20 ans dans le développement touristique.

L’inauguration officielle des Jardins Nadeau a eu lieu le 9 août.

Son objectif n’est toutefois pas encore atteint. «Je veux atteindre une superficie de 1,5 ha d’ici deux ans», affirme l’agriculteur.

Le maire de la municipalité, Camil Martin, est convaincu que François Nadeau réussira son pari. «L’agriculture est l’une des premières industries de Saint-Évariste. Ça fait partie du paysage. François assure une continuité et offre une nouvelle niche à l’agriculture», commente-t-il.

M. Nadeau emploie quatre personnes pour l’aider dans les champs et les serres en plus de recevoir l’aide de plusieurs membres de sa famille et de bénévoles. Précisons également qu’aucun pesticide n’est utilisé ni aucune machinerie motorisée. «Nous faisons de l’agriculture à l’échelle humaine», précise l’agriculteur.

Un projet familial

M. Nadeau a amorcé son projet il y a quatre ans, mais ce n’est qu’à la suite d’un voyage en Inde qu’il a décidé d’y aller «all in» avec les Jardins Nadeau. «Des gens m’avaient contacté pour acheter mes surplus. Je vendais donc ici et là. Au fil du temps, la demande a augmenté», raconte-t-il.

À son retour, il envoie donc des lettres d’abonnement pour des paniers de légumes. En moins de deux semaines, il reçoit 40 réponses positives. Il agrandit donc l’espace cultivé pour atteindre 10 000 pieds carrés.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar