Le ­Centre de pédiatrie sociale ­Les ­Passerelles ouvrira ses portes en août à ­Saint-Martin

Publireportage
Le ­Centre de pédiatrie sociale ­Les ­Passerelles ouvrira ses portes en août à ­Saint-Martin
Le Centre de pédiatrie sociale en communauté Les Passerelles sera situé au rez-de-chaussée de l’ancien presbytère de Saint-Martin. (Photo : Amélie Carrier)
Les quatre cofondatrices du projet, soit Lynda Nadeau, à l’avant gauche, Dre Hélène Cormier, France Fortin et Karyna St-Pierre, à l’arrière ainsi que le Dre Julie Poulin, à l’avant. (Crédit Photo: Amélie Carrier)

Le ­Centre de pédiatrie sociale (CPS) ­Les Passerelles ouvrira ses portes le 8 août prochain, à ­Saint-Martin. Prêt à accueillir sa clientèle dès le retour des vacances de la construction, ce dernier occupera le ­rez-de-chaussée de l’ancien presbytère de la municipalité. Destiné aux enfants âgés de 0 à 18 ans se trouvant dans des situations de vulnérabilité, ses services, gratuits, s’adresseront aux résidents de la ­MRC ­Beauce-Sartigan.

Première entreprise à vocation sociale de la sorte à voir le jour sur le territoire de la ­MRC, l’idée derrière ­celle-ci est née de la volonté d’offrir aux enfants et à leurs familles des services médicaux et psychosociaux de proximité en complémentarité avec le réseau communautaire et celui de la santé.

« L’élément déclencheur a été la fermeture des écoles, en mars 2020, en raison de la pandémie. C’est à ce ­moment-là que j’ai entamé des démarches dans le but de mettre en place un ­CPS dans la région, soit le quatrième en ­Chaudière-Appalaches après ­Lévis, ­Thetford et ­Sainte-Marie », explique Karyna St-Pierre, l’instigatrice du projet.

S’entourer de gens de divers horizons
Psychoéducatrice demeurant à ­Saint-Martin, cette dernière agira entre autres à titre de bénévole pour le volet stratégique et opérationnel de l’organisation. Elle s’est d’ailleurs entourée de quatre femmes oeuvrant actuellement ou ayant oeuvré dans le passé, de près ou de loin, avec des jeunes au quotidien afin de mener son projet à terme.

Il s’agit d’abord de ­Dre ­Julie ­Poulin, pédiatre, ayant possédé sa clinique pendant 35 ans, qui assumera le rôle de directrice clinique sur place, et de ­Dre ­Hélène ­Cormier, médecin de famille en Beauce depuis une vingtaine d’années. France ­Fortin, psychologue auprès des enfants et des adolescents à ­Saint-Georges, de même que ­Lynda ­Nadeau, enseignante à l’école primaire ­Grande-Coudée de ­Saint-Martin, sont elles aussi cofondatrices de ce nouveau ­Centre de pédiatrie sociale.

« ­Beaucoup de personnes provenant de différents horizons ont également cru en mon initiative, se sont greffées à moi et ont contribué à l’aboutissement de ­celle-ci. Je pense notamment aux membres du conseil d’administration et du comité de démarrage, ainsi qu’à tous les gens qui ont assuré un rôle de soutien auprès de nous toutes », ajoute ­Mme ­St-Pierre.

Une mobilisation citoyenne hors pair
Croyant fermement en cette mission communautaire de proximité et désireux de conserver la vocation du presbytère, l’entrepreneur martinois ­Jean-François ­Drouin, coprésident de ­Matra, s’est porté acquéreur du bâtiment dans le but d’accueillir le ­CPS en ses murs. Il a aussi tenu à assumer la totalité du coût engendré par les travaux de rénovation.

« ­Des citoyens aux gens d’affaires en passant par la ­Chambre de commerce et les membres du conseil municipal, le village de ­Saint-Martin en entier a démontré un grand intérêt et un énorme engagement envers le projet. Plusieurs acteurs importants ont également souhaité collaborer à son avancement, tels que le ­Centre intégré de santé et de services sociaux de ­Chaudière-Appalaches, le ­Centre de services scolaires de la ­Beauce-Etchemin et la ­Direction de la protection de la jeunesse », soutient ­Lynda ­Nadeau.

Mentionnons que le ­Centre de pédiatrie sociale ­Les ­Passerelles sera financé à parts égales grâce à des levées de fonds organisées par la population locale, à l’apport de la ­Fondation du ­Dr ­Julien, de même qu’à des subventions du ministère de la ­Famille.

Donner la parole à l’enfant et à sa famille
Prônant des valeurs d’écoute, de respect, de bienveillance et de droit à l’égalité, le ­CPS de ­Saint-Martin ne sera pas une clinique médicale sans ­rendez-vous pour des problèmes de santé ponctuels. Il aura plutôt comme objectif de dépister, de réduire ou d’éliminer les stress toxiques nuisant au développement du plein potentiel des enfants, ainsi que de détecter l’absence de réponse à leurs besoins et à leurs droits fondamentaux.

« ­Développée par le ­Dr ­Gilles ­Julien, la pédiatrie sociale est une pratique de la médecine alliant le réseau social, familial et communautaire aux sciences sociales et au droit. Il s’agit d’une approche de santé globale humaine, personnalisée et empreinte de ­non-jugement. Elle est offerte dans un milieu chaleureux et accueillant au sein duquel l’enfant est écouté, entendu, et est amené à être autonome dans sa prise en charge », informe ­Dre ­Julie ­Poulin.

Dans le but de créer un cercle protecteur autour de l’enfant et de lui redonner le pouvoir de s’épanouir et de réaliser ses rêves, de nombreux intervenants et organismes travailleront ensemble afin de dispenser des soins et des services qui auront une influence positive sur le parcours physique et émotionnel de ­celui-ci, en plus d’améliorer sa qualité de vie.

« ­Les ­rendez-vous d’évaluation et de suivis, donnés sur référence seulement, seront toujours assurés par un médecin en tandem avec un travailleur social. ­Ceux-ci prendront le temps d’établir un plan d’action misant sur les forces et les compétences des jeunes et de leurs familles. Chaque enfant aura la possibilité d’être accompagné par des adultes significatifs pour lui à toutes les rencontres », indique ­Dre ­Hélène ­Cormier.

Une offre de service bonifiée au fil du temps
Une équipe interdisciplinaire bonifiera d’ailleurs l’offre de service au fil du temps. Des services en éducation spécialisée, en psychoéducation et en orthophonie seront notamment développés avec le soutien de certains membres du comité de démarrage désirant contribuer activement au déploiement de ­ceux-ci. France ­Fortin, psychologue, se joindra aussi à l’équipe de façon hebdomadaire.

Sélectionné par la ­Clinique ­Ostéo-Physio ­Familiale comme étant l’un des organismes bénéficiaires de son ­Fonds de solidarité, le ­Centre sera également en mesure de répondre à certain besoins de ses patients en ergothérapie, en physiothérapie et en ostéopathie grâce à ce partenariat dont il est particulièrement fier.

Un geste de générosité fortement apprécié
Après plus de deux ans de démarches et se rapprochant de la concrétisation du projet, les cofondatrices se sont récemment vues récompensées par un prix offert dans le cadre du programme ­Au cœur de votre collectivité, mis sur pied par ­Promutuel ­Assurances ­Chaudière-Appalaches.

Ces dernières tiennent donc à remercier cette compagnie pour sa générosité qui a permis au ­CPS Les ­Passerelles de se mériter un soutien financier de 75 000 $, en plus du présent publireportage lui donnant une vaste visibilité.

Notons que les personnes intéressées par la direction générale du ­Centre, désirant y œuvrer à titre de professionnel (travailleur social, psychoéducateur) ou souhaitant s’y impliquer en tant que bénévole sont invitées à envoyer un courriel au cpslespasserelles@outlook.fr.


Membres du conseil d’administration
­Jean-François ­Drouin, président (Coprésident du groupe ­Matra) ;
Louis ­Bilodeau, ­vice-président (Conseiller municipal à ­Saint-Martin) ;
Catherine ­Giguère, ­secrétaire-trésorière (Gestionnaire en éducation au ­CSSBE) ;
Karen ­Lacroix (Travailleuse sociale au programme ­Jeunesse de la ­DPJ pour le ­CISSS-CA) ;
Dre ­Julie ­Poulin (Pédiatre) ;
Guillaume ­Rancourt (Éducateur spécialisé en pratique privée à la ­Clinique de l’Enfant) ;
Karyna ­St-Pierre (Psychoéducatrice au ­CISSS-CA).

Membres du comité de démarrage
Louis ­Bilodeau (Membre de la ­Chambre de commerce de ­Saint-Martin) ;
Robert ­Boucher (Pharmacien à la ­Pharmacie ­Boucher et ­Morin) ;
­Andrée-Anne ­Buteau (Orthophoniste et coordonnatrice clinique par intérim au ­CISSS-CA) ;
Mélissa ­Cliche (Gestionnaire au ­CISSS-CA) ;
Annie ­Deblois (Travailleuse sociale et enseignante en éducation spécialisée au ­Cégep ­Beauce Appalaches) ;
Catherine ­Giguère (Directrice adjointe des services éducatifs au ­CSSBE) ;
Raynald ­Goudreau (Psychologue) ;
Sarah ­Paré (Psychoéducatrice et enseignante en éducation spécialisée au ­Cégep ­Beauce Appalaches) ;
Milisa ­Pépin (Conseillère municipale à ­Saint-Martin) ;
­Louise-Andrée ­Poulin (Travailleuse sociale, M. Sc. et adjointe au ­président-directeur général par intérim au ­CISSS-CA) ;
Sandra ­Poulin (Adjointe à l’intervention au ­Havre l’Éclaircie) ;
Sarah ­Rodrigue (Directrice générale de la ­Corporation de développement communautaire ­Beauce ­Etchemins) ;
Maryna ­Veilleux (Travailleuse sociale pour la ­DPJ au ­CISSS-CA).


Rôles de soutien
Suzie ­Bouffard (Notaire chez ­Suzie et ­Yves ­Bouffard notaires) ;
Élise ­Cabanac (Accompagnatrice à la ­Fondation ­Dr ­Julien) ;
­Jean-François ­Drouin (Coprésident du groupe ­Matra) ;
Olivier ­Duval (Organisateur communautaire au ­Bureau de soutien à l’action intersectorielle et aux relations avec la communauté) ;
Lany ­Fortin (Agente de développement au ­Conseil économique de ­Beauce) ;
Micheline ­Grenier (Membre de la communauté) ;
Yves ­Rancourt (Membre de la communauté) ;
­Marie-Mathilde Gay Degardin (Directrice au bureau de l’accompagnement et de la certification à la Fondation Dr Julien) ;
Johanne ­Journeault (Agente de développement du territoire à la MRC Beauce-Sartigan) ;
Paul ­Morin (Chargé de cours au 2e cycle du ­Programme de gestion et de formation en éducation à l’Université de ­Sherbrooke) ;
Stéphanie ­Robert (Agente de développement économique au ­Conseil économique de ­Beauce) ;
Maude ­Julien (Directrice générale du ­Centre de pédiatrie sociale de ­Lévis).

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
CLaudette Tanguay
CLaudette Tanguay
2 mois

Je trouve que c’est une très belle initiative pour tous les enfants ados qui ont besoin d’aide et que ça va bougez plus vite que dans les hôpitaux un gros Merci pour vos engagements si vous avez besoin de bénévoles çà me fera un grand plaisir de joindre votre groupe à la retraite et essaie d’aider le plus possible .