Quatre lieux liant le passé et le présent de Courcelles

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
Quatre lieux liant le passé et le présent de Courcelles
Francis Bélanger, maire de Courcelles, a procédé à la coupe du ruban en compagnie de Luc Berthold, député de Mégantic-L'Érable, et Samuel Poulin, député de Beauce-Sud. (Photo : L'Éclaireur Progrès - Frédéric Desjardins)

Au cœur du village de Courcelles, l’Espace Aux Rives du temps a été inauguré le jeudi 8 juillet. Il regroupe quatre attraits touristiques en un seul lieu, dont le Moulin Bernier et la Maison-Atelier Tardif.

Après la dissolution de la Corporation du Moulin Bernier en 2019, la municipalité de Courcelles a repris en main la gestion du bâtiment. Elle a vu immédiatement l’opportunité de créer un circuit touristique.

« Ça nous prenait un attrait majeur pour faire sortir les gens de la route 108. Le résultat est à la hauteur de nos attentes. On a reçu l’aide de bénévoles pour trouver les archives et objets exposés », dit le maire Francis Bélanger.

Érigé en 1888 comme moulin à scie et à farine, le Moulin Bernier compte notamment deux nouvelles expositions intitulées Le travail quotidien des femmes entre 1900 et 1950 et Donnez-nous notre pain quotidien. Une autre exposition raconte l’histoire de Chemise Perfection.

Dans la cour, le Wagon Lambton-Station 1895 rappelle l’importance du chemin de fer dans le développement de Courcelles. Les visiteurs peuvent traverser la rivière aux Bluets par le Belvédère du Moulin. Des panneaux historiques enrichissent nos connaissances sur ce village à cheval entre la Beauce et l’Estrie.

Atelier et résidence

Jusqu’à aujourd’hui, la Maison-Atelier Tardif était fermée au public. En prenant connaissance du projet touristique, la famille a accepté de louer l’édifice à la municipalité et de prêter d’anciens objets.

Construit en 1904 par Josaphat E. Tardif, ce bâtiment a abrité un atelier de menuiserie, une entreprise funéraire et Bestar, compagnie de meubles. Tardif logeait avec sa famille à l’étage et travaillait au rez-de-chaussée.

Guy Toupin, ancien conservateur du Musée de la civilisation, anime des capsules vidéo racontant l’histoire du patrimoine de Courcelles.

Située sur l’avenue Sainte-Martine, la maison est accessible par le belvédère et se dresse au fond d’une nouvelle halte routière. « La résidence familiale offre un aperçu de la vie quotidienne d’une famille vivant à la campagne dans les années 1900 à 1960 », explique Karen Lessard, directrice des loisirs, de la culture et des communications à la municipalité de Courcelles.

Un peu de technologie

Dans différents lieux de l’Espace Aux Rives du temps, les téléphones intelligents et tablettes électroniques sont mis à contribution. En lisant les codes QR, le visiteur visionnera des capsules animées par Guy Toupin, ancien conservateur du Musée de la civilisation à Québec.

« Les vidéos sont présentées de façon à faire comprendre le travail quotidien des gens. C’est accessible à tous. Les petits détails font toute la différence », indique M. Toupin.

Le projet a été réalisé au coût de 245 000 $. La MRC du Granit a fourni une aide de 80 000 $, le reste étant budgété par la municipalité de Courcelles.

Pour connaître les heures d’ouverture et tarifs, visitez auxrivesdutemps.com ou composez le 418 483-5540, poste 1400.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires