Retards de développement chez les enfants: plus de professionnels pour dépister et soigner

Photo de Andréanne Huot
Par Andréanne Huot
Retards de développement chez les enfants: plus de professionnels pour dépister et soigner
Samuel Poulin est en compagnie du ministre délégué à la Santé et des Services sociaux, Lionel Carmant. (Photo : L'Éclaireur Progrès - Andréanne Huot)

Le gouvernement du Québec investit près de 2,4 M$ pour développer les ressources en dépistage et rehausser les équipes d’intervention auprès des enfants présentant un retard de développement, une déficience physique ou intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme dans la région de Chaudière-Appalaches.

Ce montant de 2 399 100 $ permettra principalement l’embauche d’une vingtaine de ressources dans la région, dont cinq à six en Beauce. «Ce qu’on manque le plus cruellement ce sont les orthophonistes et les psychologues», précise le ministre délégué à la Santé et des Services sociaux, Lionel Carmant qui s’était déplacé à Saint-Georges pour y faire cette annonce.

Le programme Agir tôt vise à identifier le plus tôt possible les difficultés chez l’enfant, à évaluer son profil de développement, à l’orienter vers le bon service et finalement à lui offrir le soutien dont lui et sa famille ont besoin.

Une plateforme web sera lancée dans les prochains mois. Elle permettra également de réduire les délais d’attente qui peuvent être élevés. Les parents pourront remplir des questionnaires en ligne lorsqu’il y aura une inquiétude quelconque pour ensuite être dirigés vers une ressource.

«L’objectif est de réduire les listes d’attente à trois mois. Ici, ça va bien puisque les délais sont de six mois environ, mais il y a des régions où les délais vont de 18 à 24 mois», ajoute M. Carmant.

Difficultés d’apprentissage

Au Québec, 25 % des enfants sont susceptibles de présenter des difficultés liées à l’apprentissage scolaire, explique le ministre. Il ajoute que plus les enfants ont ce type de services jeunes, mieux ils se développeront dans le futur. «Il s’agit d’un engagement phare de notre gouvernement et des investissements de 48 M$ ont été annoncés pour 2019-2020 pour son déploiement. Ces investissements atteindront 88 M$ en 2023-2024», souligne-t-il.

De son côté, le député de Beauce-Sud, Samuel Poulin, a reconnu à quel point ce programme tenait à cœur à M. Carmant. Il souhaite que chaque personne ait des chances égales d’obtenir des services au public sans avoir à passer par le privé en raison des délais d’attente. M. Poulin ajoute que le réseau de la santé obtient des outils afin de bien faire son travail et de donner du soutien aux familles de la région.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des