Robert-Cliche en a marre de la concurrence sanitaire déloyale

Robert-Cliche en a marre de la concurrence sanitaire déloyale
Annick Gagnon, présidente de la Chambre de commerce et d'industrie de Saint-Joseph.

PANDÉMIE. > Les gens d’affaires de la MRC Robert-Cliche en ont assez de faire les frais des décisions du gouvernement en ce qui concerne les mesures d’urgence spéciales entourant la pandémie.

«Nous vivons une concurrence sanitaire déloyale», lance Annick Gagnon, la présidente de la Chambre de commerce et d’industrie de Saint-Joseph. Les commerçants de Robert-Cliche n’arrivent pas à comprendre pourquoi La Nouvelle-Beauce s’est retrouvée en zone rouge sans les inclure dans cette décision.

Au moment de l’entrevue, jeudi dernier, les nouveaux cas en Robert-Cliche n’étaient pas plus élevés que ceux de La Nouvelle-Beauce. «Pourtant, les commerces essentiels sont ouverts à Vallée-Jonction et à Sainte-Marie, et pas à Saint-Joseph, c’est frustrant».

Personne ne peut empêcher, selon elle, un client de sa région d’aller magasiner en Nouvelle-Beauce, Lévis ou Québec. «C’est une perte nette de revenus pour nos commerces, et ce, sans compter tous les achats en ligne», soupire Mme Gagnon.

«C’est la seconde fois que cela nous arrive. En octobre dernier, nous avions moins de cas que nos voisins, mais nous avons été confinés quand même. Nous l’avons accepté à l’époque. Mais là, c’est la goutte qui fait déborder le vase.» Mme Gagnon est déçue que Saint-Joseph et Robert-Cliche paient continuellement le prix pour les mauvaises performances des MRC avoisinantes.

«On souhaite un retour du balancier en notre faveur, nos commerçants ont assez souffert», ajoute-t-elle.

Respect sanitaire

Propriétaire d’un salon de coiffure, Mme Gagnon estime que les commerçants de Saint-Joseph ont fait tous les efforts nécessaires pour éviter la propagation du virus.

«Nous avons porté le masque, respecté la distanciation sociale, acheté et posé des plexiglas, tout ça pour rien actuellement. C’est le temps que ça change, on n’est plus capable de supporter cela».

Elle estime que les commerçants ont fait d’importantes dépenses pour répondre aux exigences sanitaires, sans avoir un retour positif de la part du gouvernement.

Uniformité

Des représentations ont été faites auprès du député Luc Provençal et du préfet Jonathan V. Bolduc pour que la situation soit régularisée.

Mme Gagnon espère que le gouvernement assouplira les règles pour Robert-Cliche lors de sa prochaine annonce. «Mais il faut qu’il garde l’uniformité entre les régions. S’il fait passer Robert-Cliche dans le rouge et qu’au même moment, il colore La Nouvelle-Beauce en orange, nous ne serons pas plus avancés».

Beauceville

Nous avons tenté d’obtenir l’avis de la Chambre de commerce de Beauceville, mais elle est actuellement en mode pause à cause de la COVID-19. «Il serait difficile pour moi de vous donner l’opinion de nos membres puisque nous n’avons eu aucune rencontre depuis plusieurs mois», indique le président Gaétan-Julien Fortin.

Privée de ressources depuis plus d’un an – les membres ont été exonérés de payer leur frais d’adhésion et les activités de financement ont été reportées – M. Fortin reste confiant que la Chambre pourra reprendre ses activités au cours de l’été prochain.

«Nous espérons pouvoir tenir une assemblée générale des membres en juin pour nommer un nouveau conseil d’administration et planifier les prochaines étapes», précise M. Fortin.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires