Catherine Dallaire nommée athlète féminine de l’année

Née à Saint-Jean-de-la-Lande, Catherine Dallaire a reçu le titre d’athlète féminine de l’année le 5 mai lors du 46e Mérite sportif du Cégep de Lévis-Lauzon.

«J’étais vraiment contente, quoique je ne le réalisais pas totalement au début. C’est énormément valorisant de recevoir un tel honneur», dit-elle.

Finissante en Spécialisation en productions animales, Catherine Dallaire a évolué dans les équipes de rugby et de basketball en division 3 pendant ses trois années au cégep. Cette saison, elle agissait comme capitaine pour les deux formations et a été élue l’athlète la plus utile par ses coéquipières.

En rugby, les Faucons ont terminé au second rang en saison régulière et atteint la finale avant de s’incliner contre les Vulkins de Victoriaville. En basketball, la formation a fini troisième au classement et baissé pavillon en demi-finale contre les Diablos de Trois-Rivières.

Étudiante engagée

Au-delà de ses performances athlétiques, Catherine Dallaire a investi beaucoup de son temps dans ses études et la transmission de sa passion pour le sport. Elle a d’ailleurs remporté le prix d’étudiante engagée par excellence pour son implication dans le comité sportif du cégep.

«J’aimais organiser bénévolement diverses activités pour la communauté collégiale et ainsi pouvoir transmettre mon intérêt pour la santé et les saines habitudes de vie», mentionne-t-elle.

Cette année, Catherine s’est aussi impliquée comme entraîneuse auprès de deux équipes féminines de rugby à l’école secondaire Pointe-Lévy. Depuis trois ans, elle est membre du groupe d’entraîneurs de l’équipe juvénile de football des Dragons de la Polyvalente de Saint-Georges.

«Pendant l’été, je ferai partie de l’équipe civile du Club de Rugby de Québec, une équipe senior à quinze joueuses, ainsi que de l’équipe de pratique de Team Québec qui est une formation élite», d’ajouter Catherine.

Cet automne, elle joindra la formation de rugby du Rouge et Or de l’Université Laval. «Je crois que mes chances de percer dans ce sport sont meilleures. Mon physique n’est pas très imposant (5’5’’), et au basketball, j’aurais sûrement démarré avec un bon désavantage», estime-t-elle.

Catherine admet que son frère Carl Dallaire, actuel entraîneur-chef des Dragons, a eu une influence dans son parcours sportif.

«Mon grand frère a toujours été un exemple pour moi, comme tous les membres de ma famille. Nous sommes une famille très sportive et j’ai grandi dans une atmosphère active», confirme-t-elle.