Championnat canadien de soccer féminin: la fin d’un long périple pour Joëlle Mercier

Photo de Mathieu Fournier
Par Mathieu Fournier
Championnat canadien de soccer féminin: la fin d’un long périple pour Joëlle Mercier
Joëlle Mercier a évolué avec le Rouge et Or pendant cinq saisons. (Photo : (Photo gracieuseté - Mathieu Belanger))

SOCCER. Joëlle Mercier, originaire de Saint-Georges, a complété le 14 novembre sa carrière de joueuse universitaire après une défaite de 1 à 0 contre les Carabins de l’Université de Montréal lors de la finale du Championnat canadien de soccer féminin. L’événement s’est tenu du 10 au 13 novembre dernier à Québec.

« Je suis fière de ce que j’ai réalisé au cours de mes cinq années universitaires avec le Rouge et Or de l’Université Laval. Je ne regrette aucune décision que j’ai prise malgré les sacrifices. Certaines personnes diront que j’ai allongé mes études pour jouer au soccer, mais je l’ai fait afin de vivre des expériences uniques qui resteront gravées dans ma mémoire pour le restant de ma vie », mentionne-t-elle.

La dernière année n’a toutefois pas été évidente pour l’étudiante complétant une maîtrise en Travail social. Elle s’est déchiré le ligament croisé en milieu de saison. Malgré sa présence sur le jeu pour les derniers matchs cruciaux, cette blessure pourrait avoir un impact sur son futur. La meilleure pointeuse en 2021 est pour le moment sur une liste d’attentes afin de se faire opérer.

« Ce sera une grosse opération et je vais avoir environ un an de convalescence. Je ne sais pas comment je vais revenir de celle-ci. Pour le moment, je préfère donc ne pas me faire trop d’attentes, mais j’ai tout de même espoir de revenir un jour sur le terrain », admet-elle.

L’athlète de 26 ans n’était pas la seule Georgienne à avoir participé à ce tournoi. Laurie Roy, âgée de 22 ans, faisait également partie de la formation du Rouge et Or. L’étudiante en Administration des affaires n’a pas été en mesure d’inscrire son nom sur la feuille de pointage en onze présences sur le terrain. 

À sa deuxième année universitaire, elle a toutefois eu plus d’occasions de se démarquer, comparativement à son année recrue, où elle n’avait embarqué sur le terrain qu’à trois reprises. « Je suis très satisfaite de ce que j’ai réalisé cette année. Pour ma part, mon cheminement se déroule bien. Il me reste encore un à trois ans avec le Rouge et Or, tout va dépendre si je poursuis mes études jusqu’à la maîtrise », indique-t-elle.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires