Julie Labonté défendra ses deux titres aux Championnats canadiens

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
Julie Labonté défendra ses deux titres aux Championnats canadiens
Julie Labonté, à l'époque où elle portait les couleurs des Wildcats de l'Université de l'Arizona.

La lanceuse de poids Julie Labonté passera le prochain week-end à Edmonton, en Alberta, où seront disputés les championnats canadiens d’athlétisme.

Pour la première fois depuis belle lurette, elle ne fera pas figure de favorite au lancer du poids puisque Tarryn Suttie de la Saskatchewan, qui s’entraînait avec elle en Arizona, présente actuellement de meilleures statistiques en 2015.

«J’ai changé d’entraîneur en début d’année et j’ai dû m’adapter à une nouvelle technique d’entraînement, ce qui peut prendre jusqu’à un an», précise Labonté qui a le même entraîneur que Suttie, soit l’Américain Justin Rodhe, 33 ans, qui vient de prendre sa retraite de la compétition. «Tarryn est avec lui depuis trois ans et elle commence à présenter d’excellents résultats sous sa gouverne. Ce sera une belle compétition entre nous deux», poursuit la Justinienne.

Même si elle n’a pas touché au disque depuis le début de l’année, Julie Labonté a décidé, au cours des derniers jours, qu’elle tentera également de défendre son titre national dans cette discipline. «Je m’ennuie un peu du disque, avoue-t-elle. J’ai pris cette décision il y a quelques jours et je me suis entraînée à quelques reprises depuis. Je le fais pour le plaisir d’abord, mais je suis confiante. Tout ira bien.»

Jeux panaméricains

La compétition au disque aura lieu le vendredi 3 juillet et celle au poids le lendemain, en début de soirée. Le 5 juillet, Julie reviendra à Sainte-Justine où elle peaufinera sa préparation en vue des Jeux panaméricains qui se dérouleront à Toronto du 13 au 26 juillet. Elle quittera pour la Ville Reine le 17 juillet et prendra part à la compétition officielle le 22, en soirée. Labonté ne prendra part qu’’à l’épreuve du lancer du poids, elle qui en début d’année avait décidé de se consacrer uniquement à cette discipline, à tout le moins jusqu’aux Jeux olympiques de Rio en 2016.

«Ce sera très relevé à Toronto. Il y a trois Américaines qui sont dans le top-20 mondial et une autre venant de Trinidad & Tobago, sans oublier Tarryn Suttie. Mes objectifs sont plus modestes. Je vise uniquement à dépasser les 17 m et enregistrer mon meilleur temps de la saison», indique celle dont la meilleure performance à vie est de 18,31 m.

Soulignons que ces deux compétitions seront les dernières de la saison 2015 pour Julie qui reviendra à la maison familiale de Sainte-Justine où elle demeurera jusqu’à la mi-octobre.  «Je ne sais pas encore où je m’établirai par la suite.  C’est presque certain que je vais retourner aux États-Unis, mais je ne sais pas où encore», signale l’athlète qui ne retournera pas à Tucson, en Arizona.

Une transition plus difficile que prévue

De l’aveu même de Julie Labonté, le passage dans les rangs professionnels a été un peu plus difficile que prévu. «Il y a une bonne marge avec le monde universitaire. J’ai changé d’entraîneur ainsi que de technique d’entraînement. Même si je sais que l’adaptation est longue, j’ai bien hâte que ça se replace», poursuit celle qui a pris part à jusqu’ici pris part à six compétitions en Arizona, en Californie et en Guadeloupe. «J’ai eu des performances moyennes, en deçà de mes attentes. La fin de la saison approche et mes résultats commencent à s’améliorer. C’est très encourageant pour l’avenir», conclut-elle.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires