La saison de la pêche blanche est officiellement commencée

Photo de Mathieu Fournier
Par Mathieu Fournier
La saison de la pêche blanche est officiellement commencée
pêche blanche (Photo : (Photo l'Éclaireur Progrès - Archives))

PÊCHE. La saison 2023 de pêche blanche est officiellement débutée sur les deux sites offrant ce service en Beauce, soit à la Zec Jaro et au lac Abénaquis. Les adeptes de ce sport peuvent donc venir taquiner la truite à Sainte-Aurélie et Saint-Théophile dès maintenant.

Il est possible de pêcher sur la glace à Sainte-Aurélie depuis le 24 décembre. Toutefois, en raison du redoux annoncé du 30 décembre au 4 janvier, l’accès est possible à pied seulement pour le moment. Aucun véhicule ne peut embarquer sur le lac qui n’a pas encore été ensemencé et les maisonnées n’ont toujours pas été installées.

« On a présentement 11 pouces de glace. Idéalement, on préfère avoir entre 14 à 15 pouces pour s’assurer de la sécurité de tout le monde », indique Luc Bélanger, président de l’Association de chasse et pêche du lac Abénaquis (ACPLA). En date du 29 décembre, huit des 150 emplacements initiaux étaient toujours disponibles. 

Festival régional de la pêche blanche

La 15e édition du festival régional de la pêche blanche de Sainte-Aurélie aura lieu les 28 et 29 janvier ainsi que les 4 et 5 février. Pour l’occasion, le lac Abénaquis sera ensemencé de 12 000 truites, représentant un investissement de 36 000 $. 

« La programmation sera semblable à celle de l’an dernier. En plus du tournoi de pêche, les gens auront accès à un sentier de ski de fond, à une patinoire et à des fatbikes. Rappelons que cet événement ne serait pas possible sans le travail acharné de nombreux bénévoles », mentionne M. Bélanger.

Zec Jaro

La saison de la pêche blanche est débutée depuis le 26 décembre à Saint-Théophile. Une vingtaine de maisonnées ont été installées sur le lac des Cygnes et près de 2 000 poissons ont été jetés à l’eau pour le plaisir de tous. Entre 5 000 et 6 000 truites seront ajoutées à ce nombre tout au long de l’hiver. 

« On prévoit de mettre de plus en plus de truites, on veut que ça morde. On est maintenant un centre de pêche reconnu à travers la région, on reçoit de plus en plus de personnes et elles viennent de partout à travers la province. On a pris beaucoup d’ampleur depuis deux ans », indique Gilles Paquet, directeur général de la Zec Jaro.

Il ajoute que des forfaits familiaux seront disponibles prochainement afin de promouvoir ce sport hivernal auprès des jeunes. M. Paquet s’attend également à recevoir plus de 500 enfants dans ses installations d’ici la mi-février grâce au programme Jeunesse Nature et du ministère de l’Environnement.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires