Un appel non fondé cause un branle-bas de combat à Saint-Côme

Photo de Andréanne Huot
Par Andréanne Huot
Un appel non fondé cause un branle-bas de combat à Saint-Côme
Un appel non fondé a causé un important déploiement policier à Saint-Côme-Linière le 11 février. (Photo : L'Éclaireur Progrès - Frédéric Desjardins)

Vers midi le 11 février, les policiers de la MRC de Beauce-Sartigan ont reçu un appel qui laissait présager que la sécurité d’une personne était compromise et qu’elle pouvait être en danger. Après des vérifications qui ont duré plusieurs heures, les policiers ont indiqué que l’appel s’était avéré non fondé et que personne n’était en danger à cet endroit.

La porte-parole de la Sûreté du Québec, Anick Lamirande indique que les informations reçues au départ par les policiers n’étaient pas véridiques. Cependant, les forces de l’ordre n’ont ménagé aucun effort pour sécuriser l’endroit, une résidence de la 23e Rue. « On n’a pas pris de chance dans cet événement, ce qui a impliqué le déploiement policier », ajoute Mme Lamirande.

En plus des policiers de la MRC Beauce-Sartigan, la Sûreté du Québec a appelé en renfort le Groupe tactique d’intervention (GTI) qui s’était présenté sur place vers 15h45. À ce moment, les policiers croyaient toujours à la présence d’arme ou d’une personne armée à l’intérieur de la résidence, ce qui s’est avéré non fondé.

Rappelons également que vers 12h20, un homme dans la vingtaine était sorti de lui-même de la maison et a collaboré avec les forces de l’ordre. Il a été menotté et interrogé par les enquêteurs avant d’être relâché.

Les policiers ont aussi rencontré un deuxième témoin afin d’éclaircir les circonstances qui ont mené à cet appel auprès des services d’urgence. Les policiers ont quitté le secteur aux alentours de 17h.

À lire aussi: Important déploiement policier à Saint-Côme-Linière

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires