Un baccalauréat en sciences infirmières verra le jour à Saint-Georges dès l’automne

Photo de Amélie Carrier
Par Amélie Carrier
Un baccalauréat en sciences infirmières verra le jour à Saint-Georges dès l’automne
Lucie Laflamme, vice-rectrice au campus de Lévis et à la planification de l'Université du Québec à Rimouski, Caroline Bouchard, directrice générale du Centre universitaire des Appalaches, et Patrick Simard, président-directeur général adjoint du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches. (Photo : L'Éclaireur Progrès - Amélie Carrier)

L’Université du Québec à Rimouski (UQAR) déploiera son programme de baccalauréat (BAC) en sciences infirmières simultanément à Saint-Georges et à Thetford Mines dès l’automne prochain. Pour l’occasion, ce sont quelque 40 étudiants, répartis à peu près également entre ces deux municipalités, qui formeront la toute première cohorte de la région dans ce secteur.

À lire également : «Un baccalauréat en administration des affaires… en Beauce»

Née d’un partenariat entre le Centre universitaire des Appalaches (CUA), le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) ainsi que l’UQAR, cette initiative donnera la possibilité aux détenteurs d’un diplôme d’études collégiales (DEC) en Soins infirmiers de s’inscrire à une formule DEC-BAC d’une durée de trois ans, offerte à temps plein, dont la dernière année sera consacrée à la réalisation de stages.

Caroline Bouchard, directrice générale du Centre universitaire des Appalaches.

«Les cours se dérouleront en mode présentiel ou en visioconférence à raison de deux jours par semaine, soit les mardis et les mercredis ou encore les mercredis et les jeudis, durant la journée. Cela signifie que les enseignants seront à Saint-Georges pendant une semaine, puis à Thetford Mines la semaine suivante. Les techniciens et les superviseurs de laboratoires seront quant à eux présents dans les deux institutions en tout temps», explique la directrice générale du CUA, Caroline Bouchard.

Bénéficiant d’une entente avec les cégeps Beauce-Appalaches et de Thetford concernant le prêt des locaux nécessaires à la formation, le Centre universitaire des Appalaches reconnaîtra d’ailleurs 24 crédits dans le cadre de ce baccalauréat qui en compte un total de 90.

Conciliation travail-études-vie personnelle

En plus de préparer les futurs diplômés à assumer des responsabilités professionnelles et à intervenir dans les domaines de la santé communautaire, des soins critiques, de la périnatalité et de l’enseignement, notamment, cette formule permettra aussi une meilleure conciliation entre le travail, les études et la vie personnelle.

«Les membres du personnel infirmier du CISSS-CA possédant déjà une Technique en soins infirmiers et désirant obtenir un baccalauréat pourront y arriver tout en continuant à travailler dans leurs installations, entre autres», souligne le président-directeur général adjoint du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches, Patrick Simard.

Patrick Simard, président-directeur général adjoint du CISSS-CA.

Rétention de la main-d’oeuvre

Le fait de former des infirmiers et des infirmières dans la région représente donc un atout majeur afin de soutenir les efforts de recrutement de personnel fournis par les différents établissements de santé et de services sociaux du territoire.

«Les gens qui étudient dans leur communauté d’origine sont plus enclins à y demeurer ensuite, tout comme ceux et celles qui font des stages dans une organisation ont davantage tendance à y travailler dans le futur», renchérit ce dernier.

Notons qu’il est actuellement possible de s’inscrire à la banque de candidats intéressés par ce nouveau programme en visitant le site Web du CUA.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des