Un élan de générosité envers un homme paraplégique à la suite d’un accident de voiture

Photo de Sébastien Roy
Par Sébastien Roy
Un élan de générosité envers un homme paraplégique à la suite d’un accident de voiture
Frédéric Hamel et Caroline Létourneau, en compagnie de leur fille, Florence. (Photo : Gracieuseté)

Une campagne de sociofinancement a amassé plus de 21 000 $ pour soutenir Frédéric Hamel, sa conjointe Caroline Létourneau et leur petite fille Florence depuis son lancement le 20 juillet.

La campagne a été lancée par la meilleure amie de Mme Létourneau, Johanny Doyon. Le premier objectif, fixé à 5000 $ a été atteint en l’espace de trois heures. «Nous étions très surpris de la réponse des gens et ça n’arrête pas encore. C’est le fun de voir que nous ne sommes pas seuls. Nous l’apprécions beaucoup», mentionne M. Hamel.

«Cela va nous donner un bon coup de pouce en attendant que la SAAQ embarque. Je suis en arrêt de travail également et nous avons notre fille à la maison», renchérit Mme Létourneau.

Garder le moral malgré les coups du destin

Le 8 juillet dernier, M. Hamel a été victime d’un accident de voiture lors duquel il a subi une fracture à une vertèbre. Celui-ci s’était penché pour ramasser un sachet de brownies qui était tombé au sol du côté passager. Ce geste l’a fait dévier de sa voie et il a percuté un ponceau.

En raison de cette blessure, il est maintenant paralysé du bassin aux orteils. Selon les spécialistes, ses chances de marcher à nouveau sont pratiquement inexistantes.

Au moment de l’entrevue, M. Hamel se trouvait toujours à l’hôpital, aux soins intermédiaires. Il doit être transféré prochainement à l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec. «Le but sera qu’il retrouve le plus d’autonomie possible, mais en fauteuil roulant», explique Mme Létourneau.

Ce n’est pas le premier coup du destin que la famille de La Guadeloupe doit affronter. En 2016, il a subi un accident vasculaire cérébral. Il avait alors passé plusieurs semaines à l’hôpital et avait dû réapprendre à marcher, à parler et à marcher en plus de subir plusieurs opérations. Il n’avait recommencé son travail qu’en mai 2020.

Malgré la situation, le couple garde le moral. «On prend une journée à la fois. Pour s’en sortir, on essaie de voir le positif», relativise Mme Létourneau. «Quand bien même on serait fâché ou on voudrait se révolter, cela ne changerait pas la situation», complète M. Hamel.

Sensibiliser la population

Le couple souhaite aujourd’hui sensibiliser la population aux dangers que peuvent représenter la distraction au volant, et pas seulement le cellulaire.

«Nous avons tous certaines manies lorsqu’on conduit qu’on ne devrait pas faire. Il a beaucoup été question du cellulaire dans les médias, mais le simple fait de jouer avec la radio ou de donner quelque chose aux enfants à l’arrière [nous distrait de la route]. Une malchance est si vite arrivée», indique Mme Létourneau.

Les personnes intéressées à faire un don peuvent se rendre dans la section collecte de fonds de Facebook et inscrire: «Aidons Frédéric et sa famille dans cette bouleversante épreuve» dans la barre de recherche pour atteindre la page ou cliquez sur le lien ici.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des