Un non-geste pour l’environnement

Un non-geste pour l’environnement
(Photo : Depositphotos)

L’environnement est un sujet dont on parle beaucoup pour la simple et bonne raison qu’il est crucial !

Pour sa sauvegarde, il faut bien sûr poser des actes concrets et en éviter d’autres qui pourraient lui nuire. Mais il y a aussi un geste que l’on pourrait ne pas poser et qui aurait un impact important si nous ne le faisions pas.

J’ai pris l’habitude d’attendre que mon bac bleu soit plein avant de le mettre à la rue. Me doutant bien que tous les bacs ne pouvaient être pleins, je me suis posé la question : Et si tout le monde faisait la même chose ?

Je me suis rendu compte que la majorité, sinon la totalité des bacs étaient placés à la rue pour chaque cueillette. Intrigué par le volume de matière inclus dans les bacs, je me suis donc prêté à un exercice qui consistait à vérifier le contenu de 50 bacs dans mon quartier.

Le résultat est le suivant : 16 bacs (32%) n’étaient remplis qu’au quart, 20 (40%) l’étaient à la moitié, 10 (20%) aux trois quarts et seulement 4 (8%) étaient pleins. C’est donc dire que dans au moins 72% des cas, les gens auraient pu attendre la prochaine cueillette.

Cela voudrait dire surtout, 72% moins d’accélérations, de freinages et d’enclenchements du système de levage des bacs par le véhicule qui procède à la cueillette. Si on extrapole cela fait beaucoup de carburant et d’émanations au niveau municipal… national !

Pour les immeubles de logements, on pourrait numéroter les bacs en avisant les résidents qu’on commence à remplir le numéro 1 et lorsqu’il est plein, on passe au suivant. Le préposé n’aurait peut-être qu’à mettre deux bacs à la rue au lieu de quatre…

Par cette intervention, je souhaite bien sûr sensibiliser les gens, mais les mieux placés pour faire la promotion de cette idée ce sont les entreprises de récupération. Par une campagne qui promeut cette idée, ces entreprises pourraient réaliser des économies importantes en temps, en frais de carburant et d’entretien d’équipements.

Tout le monde y gagnerait, surtout notre environnement.

Claude Barbeau

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des