Un premier roman pour une écrivaine beauceronne

Photo de Mathieu Fournier
Par Mathieu Fournier
Un premier roman pour une écrivaine beauceronne
«Ce qu'on n'a jamais osé dire » est le premier roman de Francine Lavoie. (Photo : gracieuseté - Francine Lavoie)

Enseignante retraitée de l’École Jésus-Marie de Beauceville et du Cégep Beauce-Appalaches, Francine Lavoie a publié, le 12 mai, son premier roman s’intitulant Ce qu’on n’a jamais osé dire.

Avec une intrigue présente de chapitre en chapitre, l’histoire est centrée sur l’amitié et l’amour où la frontière entre les deux n’est pas toujours évidente à distinguer. « Les personnages ont de la difficulté à exprimer ce qu’ils ressentent. Le non-dit occupe une place importante dans la vie de ces personnages », admet l’écrivaine.

Ce roman permet aussi au lectorat de voyager, en mettant en contact le lecteur avec diverses cultures étrangères, et de mieux connaitre la Beauce, alors qu’une partie de l’histoire se déroule dans la région, affirme Mme Lavoie.

« D’après ce que les lecteurs m’ont dit, on a hâte de voir ce qui va se passer d’un chapitre à l’autre », mentionne la romancière.

Ce qu’on n’a jamais osé dire ne s’adresse pas aux lecteurs à la recherche de sensation forte, où le crime, la violence et les poursuites en voiture pourraient être mis de l’avant. Le public cible de ce roman est représenté, selon l’autrice, par toute personne capable de sensibilité.

Un deuxième roman en construction

Après la sortie de son premier roman, Francine Lavoie n’a pas l’intention de s’arrêter là. L’écrivaine a déjà débuté l’écriture de son deuxième livre, un roman d’époque qui aura comme sujet principal le racisme.

« Ce qu’on n’a jamais osé dire m’a pris environ trois ans à écrire. Je ne compte pas me donner de date d’échéance pour compléter mon deuxième roman », conclut-elle.

Le roman de Mme Lavoie est disponible dans plusieurs librairies de la région.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires