Un roman qui traite du handicap visuel chez les jeunes pour une auteure de Saint-Georges

Un roman qui traite du handicap visuel chez les jeunes pour une auteure de Saint-Georges
L'auteure Martine Bisson Rodriguez est originaire de Saint-Georges. Elle habite à Laval depuis 1978.

Originaire de Saint-Georges et dorénavant résidente de Laval, l’auteure Martine Bisson Rodriguez publiera son nouveau roman intitulé «Au secours! Je perds la vue!» le 5 septembre. Adressé aux 9 ans et plus et traitant du handicap visuel chez les enfants, la Beauceronne souhaite donner du courage et de l’espoir aux jeunes avec cet ouvrage.

Martine Bisson Rodriguez a étudié à l’ancien couvent de l’Assomption au primaire, ainsi qu’à l’école des Deux-Rives et au Cégep Beauce-Appalaches (CBA). Elle a ensuite poursuivi ses études au Cégep de Sainte-Foy en éducation spécialisée, pour finalement travailler dans les centres jeunesse en délinquance et pendant une vingtaine d’années dans les écoles primaires.

Du plus loin qu’elle se souvienne, l’auteure a toujours aimé écrire. «Toute petite, j’écrivais des pièces de théâtre, je faisais des mises en scène avec mes amies et je faisais des spectacles à la maison. J’ai aussi fondé une troupe de théâtre à la fin du secondaire et on présentait nos productions à travers la Beauce», explique-t-elle.

Encore aujourd’hui, elle essaie de transmettre sa passion pour les mots à ses petits-enfants.

Devenir écrivaine

C’est après avoir passé plus de 20 ans à monter différents spectacles, avec et pour les jeunes, que Martine Bisson Rodriguez est devenue écrivaine par la force des choses. Elle a d’ailleurs pris sa retraite en juin 2012 afin de se consacrer à l’écriture.

«Le premier ouvrage que j’ai publié est un recueil de de trois pièces de théâtre jeunesse de style vaudeville intitulé Comédies et plaisir, en 2010», ajoute Mme Bisson Rodriguez.

En plus d’avoir publié les romans jeunesse «Un petit garçon glouton» (2010) et «Pierre déménage» (2012), la désormais résidente de la rive-nord de Montréal a notamment participé à l’écriture de plusieurs recueils de nouvelles dont un recueil de textes issus d’ateliers menés en milieu carcéral et au sein d’organismes communautaires en 2014.

Sensibiliser à la perte de vue

Le livre de Martine Bisson Rodriguez qui paraîtra cette semaine traite de l’histoire de Léo, qui est en train de perdre la vue. À l’annonce de cette nouvelle, le jeune homme sent que sa vie est sur le point de s’écrouler. «Léo est un exemple de détermination, susceptible d’inspirer les enfants face à l’adversité et à la différence», souligne l’auteure.

La Beauceronne a été sensibilisée à des cas de déficience visuelle pour la première fois à Saint-Georges, lorsqu’elle étudiait au CBA. Elle a ensuite connu deux jeunes avec des problèmes de vision à l’école primaire où elle travaillait, et c’est à ce moment-là qu’elle a décidé de se lancer.

«J’ai visité l’école Jacques Ouellette et j’ai parlé avec des intervenants à l’Institut Nazareth et Louis-Braille et à la Fondation Mira afin de mieux me renseigner sur le sujet», précise la principale intéressée.

Notons que les gens qui voudraient rencontrer Martine Bisson Rodriguez pourront le faire au Salon du livre de Montréal en novembre et au Salon du livre de l’Outaouais en février et en mars 2019.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des