Une année record à plusieurs niveaux pour les Amants de la Scène

Une année record à plusieurs niveaux pour les Amants de la Scène
Le conseil d’administration 2019-2020 des Amants de la Scène. À l’avant, Maude Benoît-Pépin, présidente, François Talbot, et André Gonthier, vice-président. À l’arrière, Renée Perron, Yvan Dumontier, Bianka Champagne, Carole Paquet, Dorothée Rodrigue, trésorière, Micheline Catellier et Solange Thibodeau, observatrice. (Photo : L'Éclaireur Progrès - Amélie Carrier)

La saison artistique 2018-2019 a été une année record pour les Amants de la Scène en ce qui concerne le nombre de billets vendus et de spectacles présentés, ainsi que son chiffre d’affaires. Voilà l’un des constats tirés de l’assemblée générale annuelle de l’organisme sans but lucratif (OSBL), qui s’est tenue le mercredi 28 août dernier, en soirée.

À lire également : «Le lancement de la programmation des Amants de la Scène met en lumière 14 artistes ou groupes invités»

Avec ses 122 représentations (115 l’an dernier) à l’affiche, l’année qui vient tout juste de se terminer aura accueilli 43 632 spectateurs, pour un taux d’occupation de 76 % dans six lieux de diffusion situés à Saint-Georges. En 2017-2018, l’assistance comptait 37 776 personnes et ce taux s’élevait à 68%.

Alors que l’organisation a vu ses ventes au guichet et ses abonnements augmenter de 28 % par rapport à l’année précédente, ses ventes effectuées sur le Web, qui représentent dorénavant 32 % des ventes totales de l’OSBL, ont quant à elles connu une progression de 3 %.

Sur l’ensemble des styles offerts, c’est l’humour qui a bénéficié de la plus grande popularité avec 51 spectacles et 20 552 billets vendus. La chanson, de même que le théâtre et le conte, se sont classés en deuxième et en troisième positions. Ce sont donc 8771 et 1612 billets qui ont respectivement été vendus dans ces deux catégories, sur un total de 30 et de cinq présentations.

Parmi les faits marquants de 2018-2019, notons entre autres la tenue du one-man-show de Martin Matte au centre sportif Lacroix-Dutil, en juin 2018, et l’implantation du nouveau système de billetterie Tuxedo, en avril 2019.

Jean-François Bernatchez, Maude Benoît-Pépin et Carole Paquet.

Cette nouveauté permet le scan des billets à la porte, en plus de faire en sorte de rejoindre un public toujours plus vaste et de récolter plus facilement certaines statistiques à propos des préférences de chacun des clients.

Un nouveau visage

Composé de Maude-Benoît-Pépin à la présidence, d’André Gonthier à la vice-présidence et de Dorothée Rodrigue à la trésorerie, le conseil d’administration 2019-2020 des Amants de la Scène comptera une nouvelle venue parmi ses membres.

Il s’agit de Renée Perron, qui agira à titre d’administratrice et de représentante de la Chambre de commerce de Saint-Georges, en remplacement de Bianka Champagne. Cette dernière conservera uniquement son poste d’administratrice pour l’année à venir.

Pour leur part, Carole Paquet, secrétaire et représentante de la Ville de Saint-Georges, François Talbot, administrateur et représentant du Cégep Beauce-Appalaches, Micheline Catellier, administratrice, Yvan Dumontier, administrateur, et Solange Thibodeau, observatrice pour la Ville de Saint-Georges, seront tous de retour. L’administrateur Jacques Lacroix, de son côté, n’a pas renouvelé son mandat.

Résultats financiers positifs

Pour l’exercice financier terminé le 30 avril 2019, le diffuseur de spectacles a généré des dépenses de 1 380 814 $ et des revenus de 1 430 653 $, ayant ainsi réalisé un profit de 49 839 $. L’an passé, un déficit de 97 089 $ avait été enregistré.

«La programmation était plus risquée et peut-être moins adaptée au goût des Beaucerons en 2017-2018. Cette fois-ci, elle a davantage été appréciée. Les pièces de théâtre Tanguy et J’aime Hydro, par exemple, ont été très populaires. Nous avons aussi proposé plusieurs supplémentaires en humour, ce qui a contribué à ces résultats concluants», explique Mme Benoît-Pépin.

Aux dires du directeur général des Amants de la Scène, Jean-François Bernatchez, une gestion plus serrée des coûts et des ressources, l’embauche d’un gestionnaire de communauté web et graphiste ayant propulsé l’image de l’OSBL, et les collaborations avec différentes écoles pour les spectacles de danse, ont également eu un impact positif en termes monétaires, cette année.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des