Une friperie clandestine

Une friperie clandestine

Patrick Gingras

Crédit photo : Beauce Média - Hubert Lapointe

Avec un dossier criminel visité à 35 reprises depuis 2012, Patrick Gingras, 48 ans de Saint-Georges, a une dernière chance de ne pas aller en prison. Ce matin, au Palais de Justice de Saint-Joseph-de-Beauce, il a été condamné à un sursis de sentence de 3 ans ainsi qu’à 240 heures de travaux communautaires.

Gingras s’est fait prendre à dérober des vêtements dans les bacs à dons situés à l’extérieur du magasin Walmart afin d’opérer une friperie clandestine.

Qui plus est, il avait été reconnu coupable de la même accusation le 30 septembre 2016, où il s’était mérité une peine de 100 heures de travaux communautaires. Or, 15 mois plus tard, il n’en a effectué aucune. À sa défense, il s’occupait jusqu’alors de sa conjointe qui était en fin de vie.

Pour terminer, il a tenté de voler deux sacs de jujubes du Dollarama, une valeur de 2,30 $, alors qu’il était en probation.

La procureure de la couronne Audrey Roy-Cloutier a qualifié d’importante la feuille de route de l’accusé. Ainsi, ne pas réaliser les travaux communautaires proposés ne lui permettrait plus de « passer à côté » de la détention.

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Une friperie clandestine"

avatar
Daniel Thibodeau
Invité
Daniel Thibodeau

3 ans de prison pour 2 dollars de jujubes et du linge usage vole, la sentence est assez severe je crois. Des individus qui font des choses beaucoup plus graves et reprehensibles que ces actes s”en tirent avec des sentences bonbons ( jujubes ! )