Une motion d’urgence de QS Chaudière-Appalaches pour soutenir le taxi

Photo de Andréanne Huot
Par Andréanne Huot
Une motion d’urgence de QS Chaudière-Appalaches pour soutenir le taxi
Diane Vincent est en compagnie du président de Taxi Du Pont, Joël Turgeon et du vice-président Michel Dussault, assis à l'avant. (Photo : gracieuseté)

Le comité de coordination de l’Association Régionale de Chaudière-Appalaches de Québec solidaire souhaite déposer une motion d’urgence au Conseil national de Québec solidaire afin de soutenir les intervenants œuvrant dans le domaine du taxi en Beauce.

La porte-parole et ex-candidate dans Beauce-Sud, Diane Vincent, a rencontré les propriétaires de permis de taxi de Saint-Georges et Sainte-Marie afin de savoir ce qu’ils veulent faire entendre aux politiciens à l’Assemblée nationale.

«La délégation de Chaudière-Appalaches va présenter au Conseil national, une motion d’urgence qui va exposer les requêtes des propriétaires de permis de taxi dans le but d’obtenir l’appui de l’assemblée de Solidaires», indique l’autre porte-parole de QS en Chaudière-Appalaches, Georges Goma.

Selon Mme Vincent, la motion est «une mesure à la hauteur de l’injustice» subie par les travailleurs de l’industrie du taxi. Selon les intervenants rencontrés, «le transport en région sera grandement affecté, car Uber va être seulement présent dans les créneaux les plus avantageux et il ne restera plus de voitures pour s’occuper des périodes moins achalandées de la semaine».

Le vice-président de Taxi Du Pont de Saint-Georges, Michel Dussault, met en garde la population du danger de laisser le gouvernement démolir les conventions avec les industries réglementées. «Si on laisse faire, ce sera un précédent qui permettra au gouvernement de faire la même chose dans d’autres sortes d’industries comme l’industrie laitière, les camionneurs artisans, l’industrie du sirop d’érable, etc.».

La transition vers le numérique doit se faire en partenariat avec les institutions actuelles et non contre ceux-ci. À quoi ça sert de vouloir une évolution numérique si c’est pour perdre des acquis et un filet social, se questionne Mme Vincent?

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des