Une série d’expositions hivernales proposant un retour dans le temps à ses visiteurs

Une série d’expositions hivernales proposant un retour dans le temps à ses visiteurs
Hélène Paquet et Martial Drouin sont de retour avec de nouvelles crèches. (Photo : L'Éclaireur Progrès - Frédéric Desjardins)

Présentée aux amateurs d’arts de la région sous la thématique Nos racines jusqu’au dimanche 16 février 2020, la nouvelle série d’expositions hivernales du centre culturel Marie-Fitzbach a officiellement été dévoilée au grand public le jeudi 5 décembre dernier.

À lire également : «Attirer une clientèle adolescente au centre d’art et d’exposition de Saint-Georges»

Lors de cette soirée de lancement tenue au centre d’art et d’exposition, les gens présents ont non seulement eu l’occasion d’échanger avec les artistes impliqués, mais également de découvrir l’ensemble des œuvres sélectionnées par le Service des loisirs et de la culture de la Ville de Saint-Georges.

Les pièces de vaisselle miniatures appartiennent à la Georgienne Gisèle Bolduc.

En s’arrêtant à la salle des créateurs, ces derniers ont notamment pu admirer les poupées ainsi que les objets miniatures appartenant à la Georgienne Gisèle Bolduc.

En vedette au cœur de sa présentation intitulée Étrennes féminines d’autrefois, ceux-ci ont pour objectif d’offrir un voyage dans le temps à tous les jeunes de cœur.

Retour dans le passé oblige, les collectionneurs Hélène Paquet et Martial Drouin ont de leur côté permis aux visiteurs de se remémorer plusieurs doux moments reliés à la période des Fêtes.

C’est en rassemblant une sélection de leurs plus belles trouvailles de Noël au sein du projet Les crèches de mon enfance, dans la chapelle située au troisième niveau de l’endroit, qu’ils continueront de partager leurs souvenirs avec eux, jusqu’au dimanche 19 janvier prochain.

L’artiste Louise Champagne s’est inspirée de l’eau afin de peindre ses oeuvres.

Créée avec l’Association provinciale du patrimoine agricole du Québec, secteur Chaudière-Appalaches, la maison d’antan se trouvant à l’intérieur de la salle Louis-Jobin a quant à elle su plonger les intéressés dans une atmosphère d’époque.

Installée à la manière d’un décor théâtral, celle-ci renferme le contenu d’une demeure des années 1930, réalisations de Colombe Larrivée et antiquités incluses.

En plus d’y observer certains items datant du siècle précédent, les personnes sur place ont aussi pu apprendre à connaître une famille ayant eu une influence sur le développement de la Beauce grâce à l’exposition Pleins feux sur les Pomerleau, mise de l’avant dans la galerie au quatrième étage et issue d’une collaboration avec la Société historique Sartigan.

Un regard vers l’avenir

Outre les retours en arrière, les réflexions portant sur l’avenir font également partie intégrante de cette série hivernale, entre autres dans la galerie du Bon-Pasteur et dans la salle des découvertes.

Les morceaux d’art fléché contemporains créés par l’artisane Catherine Lessard.

Alors que le collectif composé des membres de l’organisme Artistes et artisans de Beauce met l’accent sur les mystères entourant les événements futurs qui sont impossibles à prévoir dans Avenir, Catherine Lessard propose pour sa part de redéfinir le savoir-faire traditionnel caractérisant l’art fléché dans Je suis mémoire, je suis avenir.

Artiste peintre de Beauceville, Louise Champagne y présente enfin son exposition d’acrylique et d’aquarelle À l’eau, qu’elle qualifie de «poétique, didactique, reposante et énergisante», dans la salle Corporation du Petit Séminaire.

Précisons d’ailleurs que les Beaucerons auront de nombreuses opportunités de visiter ces sept expositions au cours des mois à venir, les heures d’ouverture du centre culturel étant les lundis et les vendredis, de 12h à 19h, du mardi au jeudi, entre 12h et 20h30, ainsi que les samedis et les dimanches, de 11h à 17h.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des