Une traverse piétonnière aux couleurs de l’arc-en-ciel à Saint-Côme

Photo de Sébastien Roy
Par Sébastien Roy
Une traverse piétonnière aux couleurs de l’arc-en-ciel à Saint-Côme
Pierre-Anne Simard et Jean-François Nadeau ont peint une traverse piétonnière aux couleurs de l'arc-en-ciel à Saint-Côme. (Photo : Gracieuseté)

Une traverse piétonnière a été peinte aux couleurs de l’arc-en-ciel le 17 mai sur la rue Principale à Saint-Côme-Linière, à l’intersection de la rue du Pont.

Il s’agit d’une initiative de Jean-François Nadeau et de Pierre-Anne Simard. «Nous avons beaucoup voyagé tous les deux et nous avons vu plusieurs traverses qui sortaient de l’ordinaire. Cela nous a donné l’idée d’en faire une à Saint-Côme», mentionne Mme Simard. Avec la pandémie de COVID-19, le choix de l’arc-en-ciel s’est imposé par lui-même.

Cette idée leur est venue il y a environ trois ans. «Nous voulions faire en sorte que les gens aient envie de venir faire un tour à Saint-Côme pour voir de l’art de rue», poursuit-elle.

La réponse des citoyens de Saint-Côme a été presque immédiate. Le couple n’avait pas terminé de peindre que les gens arrêtaient pour les encourager. «Ils trouvaient que c’était une bonne idée», indique M. Nadeau. «On voyait les sourires sur les visages. Les automobilistes nous encourageaient en passant à proximité», se réjouit Mme Simard.

Cette traverse aux couleurs de l’arc-en-ciel pourrait ne pas être la dernière à Saint-Côme. «Quand nous avons présenté notre projet à la municipalité, les membres du conseil ont trouvé que c’était une bonne idée. Ils nous ont aidés en fournissant du matériel. Il pourrait même y en avoir une deuxième qui serait peinte par les employés de la municipalité», mentionne M. Nadeau.

Une initiative semblable a eu lieu à Québec vers la fin du mois d’avril. Cependant, les personnes qui ont peint l’intersection n’avaient pas demandé l’autorisation à la Ville pour le faire. Selon l’article que Radio-Canada avait alors écrit, Québec affirmait qu’elle allait repeindre la traverse lors de sa campagne de marquage annuelle.

La situation est différente à Saint-Côme selon M. Nadeau, puisque Mme Simard et lui avaient l’accord de la municipalité. «Ce n’est pas une route numérotée. Elle appartient à la municipalité. Ce serait autre chose si c’était sur la route 173», précise M. Nadeau, qui rappelle avoir eu l’accord de la municipalité pour ce projet.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des