Zone d’intervention spéciale: Beauceville fera des demandes spéciales

Photo de Andréanne Huot
Par Andréanne Huot
Zone d’intervention spéciale: Beauceville fera des demandes spéciales
La nouvelle carte n'a retranché que quelques bâtiments de la ZIS. (Photo : capture d'écran)

Même si les analyses entourant la nouvelle carte de la Zone d’intervention spéciale (ZIS) ne sont pas terminées, le maire de Beauceville, François Veilleux, sait déjà qu’il fera des demandes spéciales afin de pouvoir construire sur le boulevard Renault.

Plusieurs projets sont dans les cartons de la Ville de Beauceville. De futurs bâtiments qui seraient construits plus haut afin d’être épargnés lors de prochaines inondations. Rien n’est encore conclu, mais plutôt que de jeter tous ces projets aux oubliettes, le maire voit maintenant «la lumière au bout du tunnel». Selon lui, en faisant quelques demandes spéciales, cela peut fonctionner.

«Oui, ils ont enlevé des maisons sur la carte, mais pas tant. Sur le boulevard, rien n’a changé», explique François Veilleux. L’analyse des dossiers de chacun des bâtiments est délicate. «Il faut prendre les maisons une par une. On n’a pas de méthode de calculer. La ZIS n’est pas nécessairement la zone inondable», argumente-t-il.

D’un premier abord, François Veilleux souhaitait contester la carte de la ZIS. «Comme on a jusqu’au 19 août, on va prendre le temps d’analyser en profondeur», ajoute le maire.

Il doit d’ailleurs avoir une discussion téléphonique avec la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, dans les prochains jours.

D’autres zones peuvent être retranchées

Le député de Beauce-Nord, Luc Provençal se dit convaincu que certaines zones peuvent être retranchées. Il aidera la municipalité à examiner la carte et à faire les représentations nécessaires, affirme-t-il.

Il indique également vouloir faire ressortir avec la ville les cotes des inondations survenues depuis 1924, un travail qui avait été effectué alors qu’il était encore maire de Beauceville. «Je veux discuter avec les ministères et les groupes interministériels pour minimiser les impacts», souligne-t-il.

Ce dernier fait également état d’un projet qui permettrait à l’hôtel de ville d’être sorti de l’eau. «Pour la relocalisation, c’est limité pour les terrains. Il y a possibilité de surélever ce coin-là (le terrain où était situé le gym) et d’amener le bâtiment à la même hauteur que la 9e Avenue. Il y a eu des rencontres avec des promoteurs il y a quelques mois», explique M. Provençal.

Mesures d’atténuation à mettre en place

Luc Provençal croit également que des mesures d’atténuation doivent être mises en place. «Le gros problème à Beauceville, c’est le contrôle des glaces. Des gens feront des propositions et moi je vais m’assurer qu’elles soient transmises au gouvernement. […] Si on enlève les embâcles, on vient diminuer de beaucoup la montée des eaux. Il faut s’attarder sur le contrôle des glaces et limiter la formation d’embâcle entre les Rapides du Diable et la rivière Le Bras», indique le politicien.

Il entend continuer à appuyer la municipalité afin que des solutions soient trouvées et mises en place pour minimiser les dégâts subis par les riverains chaque année. Il a d’ailleurs appuyé la municipalité lorsqu’elle a demandé un moratoire de dix ans sur la construction dans la ZIS.

«D’autres discussions sont à venir pour examiner la situation particulière de Beauceville. J’aurai, entre autres, des rencontres avec le ministère de l’Environnement et la Sécurité publique», mentionne M. Provençal.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des