Contrer la pénurie de main-d’œuvre en impliquant les MRC

Contrer la pénurie de main-d’œuvre en impliquant les MRC

Paul Busque avait déjà parlé de main-d'oeuvre le 13 septembre avec Dominique Anglade, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation dans le dernier gouvernement.

Crédit photo : L'Éclaireur Progrès - Frédéric Desjardins

Le Parti libéral du Québec (PLQ) insiste sur l’importance de trouver des solutions à la pénurie de main-d’œuvre.

Au sein de la présente campagne électorale, Paul Busque, candidat dans Beauce-Sud, affirme que de nombreuses entreprises l’ont questionné sur ce point précis.

«C’est le défi numéro un à relever. Les entreprises doivent repousser ou refuser des contrats. Ça existe dans toutes nos municipalités», admet-il.

Pour régler ce problème, le PLQ s’est engagé à investir 135 millions de dollars sur cinq ans dans trois solutions. Paul Busque a confirmé cette annonce le 13 septembre à Saint-Benoît-Labre en compagnie de Dominique Anglade, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation dans le dernier gouvernement.

«La pénurie de main-d’œuvre est un enjeu auquel on veut s’atteler. On a été très actif en matière d’innovation et d’automatisation, mais il faut continuer à aller recruter de nouvelles personnes. Ça veut dire plus de moyens pour la régionalisation et l’intégration des gens de l’extérieur de la Beauce», affirme Mme Anglade.

Rétention et francisation

Sur ces cinq années, le Parti libéral accorderait une aide financière de 10 M$ aux MRC afin de dresser un portrait local des besoins en main-d’œuvre.

Les MRC profiteraient aussi d’une somme de 15 M$ annuellement pour favoriser l’intégration et la rétention des travailleurs immigrants en région. L’argent servirait à appuyer les acteurs socioéconomiques régionaux, comme les organismes communautaires, ayant le mandat de faciliter l’accueil des travailleurs.

Les commissions scolaires et organismes œuvrant en francisation auraient aussi droit à 10 M$ chaque année en financement supplémentaire. Le tout irait à la bonification des services d’apprentissage du français en entreprise.

«Dans le cadre financier de la CAQ (Coalition Avenir Québec),  il y a zéro dollar pour la francisation et la régionalisation des immigrants. Notre parti mettra l’épaule à la roue pour qu’on arrive à des résultats concrets», précise Mme Anglade.

Par la bande, le PLQ réplique ainsi à Samuel Poulin, candidat de la CAQ dans Beauce-Sud. Il a affirmé le 6 septembre que la pénurie de main-d’œuvre beauceronne était un problème libéral.

«On a ajouté une ressource à temps plein au Carrefour jeunesse-emploi de Beauce-Sud et au Centre d’emploi local. Nous, on travaille à améliorer cette problématique avec des actions concrètes», estime Paul Busque.

Poster un Commentaire

avatar