Des militaires combattent sur l’Île ronde à Beauceville

Des militaires combattent sur l’Île ronde à Beauceville

Les militaires ont sauvé leurs alliés et capturé les soldats ennemis.

Crédit photo : L’Éclaireur Progrès – Frédéric Desjardins

L’opération Arain Amphibie a été l’un des rares exercices du Régiment de la Chaudière où le public pouvait voir les militaires en action.

Devant plus de 150 personnes, une cinquantaine de réservistes ont participé à cette attaque le 14 octobre sur l’Île ronde à Beauceville. Ils s’étaient entraînés pour l’opération les 12 et 13 octobre sur l’Île ronde et au Manège militaire de Beauceville.

«D’habitude, les entraînements et attaques ont lieu sur la base de Valcartier et dans les manèges militaires. C’est stressant d’être observé dans l’action, mais aussi très valorisant», estime le caporal-chef Dave Laflamme.

Pour l’opération Arain Amphibie, les soldats sont débarqués sur l’île Ronde afin de capturer des ennemis et sauver des blessés se trouvant dans deux bâtiments.

À droite de l’île, un groupe de militaires a fait feu sur l’ennemi pour préparer le terrain aux autres pelotons. Normalement fermés hermétiquement, les bâtiments en bois ont été montés partiellement afin que les spectateurs assistent à toutes les étapes de l’attaque.

«Nous avons utilisé nos armes conventionnelles de l’infanterie, comme le fusil C7, la mitrailleuse C9 et la mitrailleuse C6. Il y a peu d’armes utilisables en entraînement avec des balles à blanc», précise le lieutenant Caroline Roy.

Seulement au sol

Initialement, les réservistes devaient aussi travailler avec des hélicoptères et bateaux d’assauts. Le tout a été annulé en raison du mouvement de personnel selon les différentes missions des Forces canadiennes en octobre.

Malgré tout, l’opération au sol a été un succès. Par la suite, les spectateurs ont visité les bâtiments utilisés durant l’attaque, observé des armes et camions militaires ainsi que discuté avec des membres du Régiment de la Chaudière.

«Comme on veut renforcer l’effectif dans nos garnisons à Lévis et Beauceville, ça a été un bon moment pour avoir un contact direct avec la population», croit le sergent Pierre Rioux.

Appartenant au 35e Groupe-brigade du Canada, le Régiment de la Chaudière est composé d’étudiants et civils occupant un emploi à temps plein. Les entraînements se déroulent sur deux week-ends par mois.

Poster un Commentaire

avatar