Le milieu des affaires se concerte pour mieux innover

Photo de Sébastien Roy
Par Sébastien Roy
Le milieu des affaires se concerte pour mieux innover
Les représentants de plusieurs organismes économiques de Chaudière-Appalaches figuraient parmi les personnes présentent. (Photo : (Photo gracieuseté))

AFFAIRES. Chaudière-Appalaches Économique (CAÉ) et l’innovateur en chef du Québec, Luc Sirois, ont convié plus de 80 représentants d’entreprises et partenaires de développement régional pour discuter des défis et des enjeux liés à l’innovation qui touchent la région les 12 et 13 septembre.

Une vingtaine d’entreprises ont ainsi témoigné de leur réalité. Certaines ont notamment investi dans l’automatisation et la robotisation, mais le manque de main-d’œuvre les freine quand même et affecte leur capacité à innover. « Les changements s’opèrent vite. L’innovation va à 50 km/h et nous comme entrepreneurs, nous ne pouvons pas aller à plus de 30 km/h », a illustré un entrepreneur présent en faisant allusion au taux de chômage qui se situait à 1,6 % en Chaudière-Appalaches en date du 31 août.

Les personnes ont également soulevé le problème de savoir vers où se diriger s’ils recherchent du financement ou de l’accompagnement pour développer leurs idées. « Avec la multitude d’organismes et de programmes qui nous entourent, tout ça peut être complexe », a souligné Jean Laverdière, de l’entreprise Génisys, située à Saint-Georges.

Puis, il a été question de commercialisation, de chaîne d’approvisionnement, de culture d’innovation, d’empreinte environnementale et de main-d’œuvre. « Des stratégies régionales devront maintenant se mettre en place. C’est un travail de concertation, de mobilisation et de communication qui nous attend. Notre rôle est de poursuivre en ce sens », a mentionné le directeur général de CAÉ, Philippe Mailloux.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires