La Financière agricole du Québec a versé 150 000 $ pour 41 dossiers

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
La Financière agricole du Québec a versé 150 000 $ pour 41 dossiers
Les fortes hausses de taxation touche tous les secteurs agricoles.

La Financière agricole du Québec a dévoilé son bilan de mi-saison de l’assurance récolte en Chaudière-Appalaches.

En date du 12 juillet, l’organisme avait reçu 229 avis de dommages. Quarante-et-un dossiers ont été traités pour des indemnités versées totalisant 150 000 $.

Pour la saison 2014, l’organisme avait versé 418 000 $ aux 104 entreprises ayant subi des pertes indemnisables. Un total de 2328 entreprises agricoles étaient assurées au programme pour des valeurs représentant 113 M$.

Dans notre région, les conditions climatiques de l’hiver ont été généralement favorables à la survie des abeilles, des pommiers et des petits fruits. À l’opposé, le couvert de neige moins abondant par endroits a nui à la survie des plantes fourragères.

Même si la récolte de sirop d’érable a débuté tardivement, les rendements et la qualité du produit ont été dans la moyenne. Les cultures annuelles ont été ensemencées dans de bonnes conditions. En juin, la levée et la croissance des plantes annuelles ont été légèrement ralenties par des températures inférieures à la normale.

Quant aux précipitations durant ce même mois, elles ont légèrement retardé la récolte de la première fauche de foin. En date du 7 juillet, 85 % des superficies étaient récoltées dans notre région.

Malgré le gel hivernal, les rendements s’annoncent légèrement supérieurs à la moyenne ou près de celle-ci. La qualité des produits récoltés devrait être stable, tout comme les rendements pour les cultures annuelles, les pommes, les petits fruits et la première miellée.

Globalement, il s’agit donc d’un début de saison relativement clément, malgré un mois de juin pluvieux et plus frais que la normale.

«Pour les producteurs agricoles, le Programme d’assurance récolte est un outil de gestion des risques avantageux qui permet de sécuriser les revenus issus des récoltes lors de conditions climatiques difficiles ou de phénomènes naturels incontrôlables», précise Claude Hasty, directeur du centre de services de la Financière agricole en Chaudière-Appalaches.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires