La sixième vague n’épargne pas Chaudière-Appalaches

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
La sixième vague n’épargne pas Chaudière-Appalaches
Les hospitalisations ont doublé entre le 1er mars et le 1er avril.  (Photo : EZFotos)

L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a confirmé, le mercredi 30 mars, que le Québec vit sa sixième vague de la COVID-19. Notre région n’est pas épargnée par ce nouveau soubresaut pandémique.

La semaine dernière, les diagnostics positifs ont grimpé de 60 % pour atteindre 2 044 cas actifs. Avec 468,2 cas actifs par taux de 100 000 habitants, Chaudière-Appalaches dépassait largement la moyenne provinciale (285,5) et arrivait au cinquième rang des régions les plus infectées à la COVID-19.

Au niveau des réseaux locaux de santé (RLS), le secteur des Etchemins était l’endroit le plus contagieux régionalement avec un taux de 554,6 cas actifs. Il est suivi par les RLS de Thetford (518,5), Beauce (511,1), Montmagny-L’Islet (460,1) et Alphonse-Desjardins (443).

Ces données regroupent seulement les cas par test PCR, réservé à certaines catégories de gens, et ceux à domicile déclarés à la Santé publique. Le taux de contagion est donc plus élevé que les faits illustrés ici.

Hôpitaux et aînés

En date du vendredi 1er avril, 80 patients étaient hospitalisés en raison de la COVID-19, dont cinq personnes aux soins intensifs. Ces statistiques ont doublé comparativement au 1er mars. Entre ces deux dates, le virus a fauché 44 vies.

La COVID-19 est aussi revenue en force dans plusieurs résidences pour aînés (RPA) et CHSLD en Chaudière-Appalaches.

Neuf RPA se retrouvaient en zone rouge, soit un milieu de vie surpassant 25 % de cas confirmés. Cinq résidences étaient situées en zone orange, mesure regroupant les établissements ayant entre 15 % et 25 % de cas confirmés.

Les CHSLD de Saint-Isidore (48 %) de Saint-Prosper (20 %) et du Séminaire à Saint-Georges (17 %) représentaient également des cas préoccupants.

Statu quo des mesures

Malgré l’augmentation des cas à l’échelle provinciale, la Santé publique ne prévoyait pas ramener de restrictions sanitaires au moment d’écrire ces lignes. L’INSPQ croit que cette sixième vague entraînera des conséquences moindres que celle d’Omicron en début d’année.

En soirée du lundi 4 avril, des discussions auront lieu pour déterminer si le port du masque dans les endroits publics sera prolongé au-delà de la mi-avril. La Santé publique invite la population de 12 ans et plus à recevoir sa dose de rappel. Une quatrième dose de vaccin est offerte aux aînés de 80 ans et plus, ainsi qu’aux personnes immunosupprimées ou dialysées.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires