La région mise de l’avant à l’émission Secrets de villages

Photo de Sébastien Roy
Par Sébastien Roy
La région mise de l’avant à l’émission Secrets de villages
L'animateur Luis Oliva s'est entretenu avec Charles Morin du Village beauceron sur l'homme-cheval. (Photo : Karljessy)

La Beauce, Bellechasse et les Etchemins seront en vedette lors du sixième épisode de la série Secrets de villages qui sera diffusé le 30 novembre sur les ondes d’Historia.

Les téléspectateurs pourront découvrir ou en apprendre davantage sur Baptiste Béland, surnommé l’homme-cheval, l’un des pionniers de l’aviation canadienne Roméo Vachon et la malédiction des cimetières de Saint-Léon-de-Standon.

Pour en apprendre plus sur l’histoire de l’homme-cheval, l’animateur Luis Oliva s’est rendu à Saint-Georges et Saint-Prosper où il a rencontré l’auteur et conférencier Yvan Poulin et le guide du Village beauceron Charles Morin. « Cet homme a dévoué une grande partie de sa vie à agir comme un cheval pour divertir. Il prenait cela très au sérieux. Il a même promené de grandes vedettes. […] Il était très connu et surtout très aimé et très respecté », mentionne-t-il.

L’équipe de tournage s’est également arrêtée au Musée de l’aviation à Sainte-Marie pour discuter de la carrière de Roméo Vachon. M. Oliva s’est entretenu avec Kayla Dulac-Bélanger, qui est guide au musée, et l’ancienne présidente du musée, Pauline Vachon. « C’était un vrai Indiana Jones de l’aviation à son époque. Il a été le premier à faire des vols dans le Grand Nord pour aller porter des vivres. Il y a aussi l’histoire du sauvetage d’un pilote européen qui a été le premier à traverser l’Atlantique d’est en ouest », énumère l’animateur.

Enfin, l’émission racontera les dessous de la malédiction de Saint-Léon qui remonte au début du XXe siècle. « C’est une histoire de changement d’église, car elle était trop petite. Il fallait donc un nouveau cimetière, mais il y a eu une chicane pour déterminer son endroit. Des gens ont ramené des corps à l’autre cimetière. Cela a créé une grosse chicane, tellement que dans les paroisses, il se disait qu’il y avait une malédiction, car il y aurait de mauvaises choses qui seraient arrivées à certaines familles », décrit M. Oliva, qui a discuté du sujet avec l’ancien maire de Saint-Léon, Florian Guay, ainsi qu’à Jean Rodrigue, membre de la Société du patrimoine de la municipalité.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires