Un pousse-seringue pour l’URFI de Beauceville

Un pousse-seringue pour l’URFI de Beauceville

Valérie Poulin, chef en réadaptation en déficience physique à l'URFI de Beauceville, montre le pousse-seringue dont il est question.

Crédit photo : L'Éclaireur Progrès - Amélie Carrier

Dans le but de faire l’achat d’un pousse-seringue pour l’Unité de réadaptation fonctionnelle intensive (URFI) de Beauceville, les copropriétaires du restaurant le Bec Fin de Saint-Georges, Nathalie Groleau et Luc Roy, ont recueilli des dons totalisant 2000 $ au cours des six derniers mois.

À lire également: «Le Bec Fin s’implique pour le CRDP-CA»

C’est dans le cadre de la campagne «Un don du cœur» de la Fondation du Centre de réadaptation en déficience physique de Chaudière-Appalaches (CRDP-CA) que les restaurateurs beaucerons ont commencé à solliciter la générosité de leur clientèle en mai dernier.

En échange de montants de 3 $ ou de 5 $, les clients se voyaient remettre un ou deux cœurs en chocolat belge fabriqués à la chocolaterie Le Vieux Grenier.

Un équipement médical attendu

Le pousse-seringue présenté lors de la conférence de presse du mercredi 28 novembre sert à administrer des perfusions intraveineuses de façon précise et régulière, tout en respectant le débit prescrit.

Sindy Breton, attachée politique du député de Beauce-Sud, Samuel Poulin, Valérie Poulin, chef en réadaptation en déficience physique à l’URFI de Beauceville, Nathalie Groleau et Luc Roy, copropriétaires du restaurant le Bec Fin, Michel Lapointe, président de la Fondation du CRDP-CA et Stéphane Brown, attaché politique du député de Beauce-Nord, Luc Provençal.

«La majeure partie des clients arrivent chez nous à la suite d’un accident vasculaire cérébral ou d’un accident d’auto. Certains sont également atteints de maladies dégénératives. Souvent, ces patients présentent d’autres problématiques que nous devons aussi soigner à l’aide d’antibiotiques», explique la chef en réadaptation en déficience physique à l’URFI de Beauceville, Valérie Poulin.

En n’ayant pas accès à une pompe volumétrique, il était auparavant beaucoup plus long pour le personnel d’injecter des médicaments à ces derniers.

«Les gens pouvaient consacrer moins de temps à leur réadaptation et à leurs diverses thérapies sur nos plateaux techniques et dans notre gymnase. En ayant des doses précises, le temps de préparation est moindre pour nous et le client peut récupérer plus rapidement», ajoute-t-elle.

Vocation régionale

Les clients de l’URFI de Beauceville doivent habituellement y séjourner pendant un à trois mois après avoir obtenu leur congé de l’hôpital, afin d’obtenir des soins spécifiques et personnalisés de manière intensive qui amélioreront les séquelles laissées par leur traumatisme.

Michel Lapointe, président de la Fondation du CRDP-CA.

C’est dans le but de préserver la qualité des services offerts que la Fondation du CRDP-CA, établissement spécialisé à vocation régionale, recueille des fonds.

«Notre mission est de contribuer à l’achat d’équipements médicaux performants, à l’avant-garde et à la fine pointe de la technologie, et d’ainsi donner les meilleurs soins possibles à la clientèle, tout en outillant leurs intervenants», informe le président de la fondation, Michel Lapointe.

Notons qu’au cours des 10 dernières années, un total de 40 000 personnes, enfants, adolescents et adultes, ont obtenu des services en raison de leur déficience physique, motrice, auditive, visuelle et du langage dans les quatre points de service du CRDP-CA, soit à Beauceville, Thetford Mines, Lévis et Montmagny.

Poster un Commentaire

avatar