Les Flames veulent garder le pied sur l’accélérateur pendant les séries

Donna Spencer, La Presse Canadienne
Les Flames veulent garder le pied sur l’accélérateur pendant les séries

CALGARY — Les Flames de Calgary étaient dans une position similaire, il n’y a pas si longtemps. 

Ils sont entrés en séries de la LNH avec un rang au classement plus élevé et une splendide saison, mais l’échec de 2019 est une leçon apprise pour 2022. 

«En regardant la saison 2018-19, nous avions des joueurs qui ne jouaient pas et qui se reposaient en vue des séries, a exprimé l’attaquant Johnny Gaudreau. Nous étions premiers dans l’Association Ouest et nous avons levé le pied de l’accélérateur. Nous ne pouvons pas faire ça cette année. Plusieurs joueurs faisaient partie de cette équipe-là et nous avons appris de la situation.» 

Les Flames (50-21-11) amorceront leur série de premier tour contre les Stars de Dallas mardi, au Saddledome. 

Le deuxième duel aura lieu jeudi soir alors que la série va se transporter à Dallas, au American Airlines Center. 

Les Stars ont battu les Flames en six matchs lors de la première ronde des séries en 2020, dans l’environnement protégé à Edmonton. La formation de Dallas s’est éventuellement inclinée contre le Lightning de Tampa Bay, en finale de la Coupe Stanley. 

Les Stars ont obtenu la première place des équipes repêchées de l’Ouest en défaisant les Ducks d’Anaheim lors du dernier match de la campagne. 

Les Flames ont amassé plus de points cette saison (111) qu’ils ne l’avaient fait en 2019 (107), lorsqu’ils ont terminé au sommet de l’Ouest. La troupe albertaine s’est assurée d’une place en séries avec deux semaines à faire et elle s’est assurée du premier échelon de la section Pacifique alors qu’il restait quatre parties à disputer. 

Menée par Nathan MacKinnon, l’Avalanche avait eu raison des Flames en cinq matchs lors de la première ronde des séries, en 2019. 

Près d’une douzaine des joueurs de l’équipe actuelle des Flames se souviennent de cet échec, dont les marqueurs de 40 buts Gaudreau, Matthew Tkachuk et Elias Lindholm. 

Ce souvenir les rend mieux outillés cette fois-ci pour conserver leur forme de saison en séries éliminatoires, selon leur entraîneur-chef, Darryl Sutter.

«Une des plus grosses raisons, probablement, c’est qu’ils ont été dominés. Ce sont de bons joueurs qui sont fiers, a insisté Sutter. Tu peux expliquer tant que tu veux aux joueurs de quoi ç’a l’air, mais ils doivent le vivre. Ensuite, tu en apprends beaucoup plus sur le joueur.»

Les différences avec l’équipe de 2019 sont que l’édition actuelle est dirigée par un entraîneur-chef qui a gagné deux coupes Stanley depuis son départ de Calgary, en 2010, les récents ajouts savent ce que c’est que de se rendre loin en séries et le gardien Jacob Markstrom est capable de prendre la longue charge de travail en séries.

Blake Coleman a joint les Flames l’été dernier après avoir remporté deux coupes Stanley avec le Lightning de Tampa Bay. Trevor Lewis, qui a aussi signé un contrat l’été dernier, a soulevé la coupe Stanley à deux reprises (2012, 2014) quand lui et Sutter faisaient partie de l’organisation des Kings de Los Angeles.

Tyler Toffoli, également un membre des Kings en 2014, a été acquis en février après avoir participé à la finale de la Coupe Stanley avec le Canadien de Montréal, l’an dernier.

«Je crois que la clé de tout ça est l’expérience du succès. Pas simplement l’expérience, a affirmé Sutter. Les gars qui ont les souvenirs les plus récents, Blake Coleman et Tyler Toffoli, sont des joueurs très importants. Trevor a gagné dans les 10 dernières années. Ces trois gars ont beaucoup d’influence dans le vestiaire.»

Mais les Stars ont encore plus d’expérience des longues séries alors que 14 joueurs de l’équipe ont été finalistes il y a deux ans.

«Ils ont plusieurs gars qui ont joué plusieurs matchs éliminatoires, a indiqué Lewis. Ils savent ce qu’ils font.»

Âgé de 32 ans, Markstrom a été la colonne vertébrale de l’équipe cette saison. De tous les gardiens à participer aux séries, Markstrom et Andrei Vasilevskiy, du Lightning, occupent le deuxième rang pour les matchs joués (63) derrière Juuse Saros (67), des Predators de Nashville.

Des blessures à Ben Bishop, Braeden Holtby et Anton Khudobin ont causé un carrousel devant le filet des Stars. Jake Oettinger, 23 ans, a pris la majorité des départs et il a présenté un dossier de 30-15-1.

Le premier choix des Stars en 2017 manque d’expérience en séries, alors qu’il n’a joué que pendant 36 minutes en 2020.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires